Actualités

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet.

J’ai embarqué à bord du C-130J le 14 juillet aux côtés des pilotes de l’armée de l’air basés à Bricy pour le défilé aérien qui avait lieu à Paris.
Je vous raconte en détail le déroulement d’une journée mémorable.

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 2

C’est la première fois que je couvre un tel événement.
Je suis une grande passionnée d’aviation, avec une affection particulière pour l’armée de l’air et étant élève pilote, j’étais surexcitée à l’idée de vivre ce moment ! 

4h30, le réveil sonne. Je me prépare à rejoindre la Base de Bricy où j’ai rendez-vous avec la lieutenant Angélique et Jeremy à 6h45. Ils m’accueillent avec deux autres journalistes et deux chargées de communication de l’armée de l’air.
Le briefing avec les membres de l’équipage commence, la carte nav posée sur le bureau, le Captain montre les différentes étapes chronométrées à quelques minutes près, et, les villes que nous allons survoler. 
On nous prévient aussi qu’on risque d’être malade une fois qu’on sera dans les airs, je n’y pensais pas, j’étais trop concentrée sur le vol.

Nous nous dirigeons vers le tarmac.
Je découvre l’intérieur du C-130J que je ne connaissais pas encore (j’étais déjà monté à bord du C-160 Transall). On s’imprègne des lieux, on regarde à travers les hublots les autres aéronefs posés au sol, des clichés sont pris pour immortaliser ces instants avant même que l’avion ne décolle, je vous laisse imaginer lorsque l’on était dans les airs. 

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 3

Nous décollons, une fois dans les airs et à quelques centaines de mètres du sol, nous faisons plusieurs boucles dans le ciel en attendant le signal pour défiler au-dessus des Champs-Élysées.
Nous avons survolé les tours de la Défense, la Tour Eiffel, les Champs-Élysées, la cathédrale Notre-Dame de Paris.

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 5
A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 11

On se dirige ensuite vers les côtes Normandes, survoler les plages du Débarquement. On découvre les vestiges de la guerre dans la mer, Utah Beach, Omaha Beach… Epoustouflant !

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 12
A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 13

Nous nous dirigeons ensuite vers Orléans et notre cathédrale. Un spectacle magique aussi bien dans les airs qu’au sol pour les Orléanais présents sur les lieux. Après 5 heures de vol, nous avons atterri à la base de Bricy.

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 14

J’ai profité de chaque instant durant ces 5 heures de vol. Un souvenir à jamais gravé dans ma mémoire !
Le temps passe et l’âge requis pour pouvoir s’engager est limité, on ne peut pas revenir en arrière… Alors, si vous êtes passionnés d’aviation, et, par l’un des métiers de l’armée de l’air, n’hésitez pas ! Poussez les portes des bureaux de recrutements ! Profitez de vivre votre belle aventure !  ✈️

A bord du C-130J pour le défilé du 14 juillet. 16

J’ai interviewé le Captain Yohan, pilote et commandant de bord ce jour du Super Hercules C-130J qui nous livre ses impressions. 

Depuis combien de temps êtes-vous à la BA123, quelle est la nature de votre poste ?
Je suis arrivé sur la BA123 au début de l’année 2016 en tant que pilote de C130H Hercules au sein de l’Escadron de Transport 2/61 Franche-Comté, puis en tant que pilote de C130J Super Hercules.

A quoi ressemble le quotidien d’un pilote de C-130J de l’armée de l’air? 
Le quotidien est varié et dépend essentiellement des missions qui nous sont confiées :

– vols opérationnels en France et dans le monde (transport de fret et de personnels dans des endroits reculés comme les Îles Eparses dans l’Océan Indien),

– vols d’entraînement et passage de qualifications,

– postes au sein de l’unité (gestion des missions, préparation des missions à venir, traditions de l’unité, etc),

– sessions d’entraînement au simulateur,

– tenues d’alertes opérationnelles avec faible préavis.

Pourquoi vous êtes-vous dirigé vers ce métier ? 
Je me suis intéressé à l’aviation lorsque j’étais au collège. J’ai passé des brevets théoriques m’ayant permis de recevoir des bourses pour prendre des leçons de pilotage en aéroclub lorsque j’avais 15 ans. Une fois plongé dans ce milieu, je ne l’ai jamais quitté, et j’ai voulu faire de cette passion mon métier. Rejoindre l’armée de l’air et devenir pilote militaire me motivait particulièrement pour la diversité des missions, des appareils existants et l’engagement que cela représentait. C’était comme faire partie d’un groupe, d’une famille, et je n’ai aujourd’hui aucun regret.

Quelles sont vos impressions sur le défilé du 14 juillet ?
Défiler pour le 14 Juillet est un honneur. Jeune, je regardais ce défilé à la TV en rêvant des avions et des hommes que j’y voyais. Cette année, c’était mon tour. Une très belle opportunité que j’ai également vécu comme une belle récompense personnelle pour le travail fait et le chemin parcouru depuis des années.

Crédit Photos : Audrey PIAO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com