Catégories
Blog Loisirs Musique

Scène Nationale : il souffle un vent féminin cette semaine !

Ce n’est clairement plus un temps à la balade, à terrasses .. mais nous avons une solution : réchauffez-vous avec du spectacle ! De la musique ! Seul(e)s ou à plusieurs ! C’est un temps à cinéma, un temps à lecture, à spectacles .
Nous serons soucieux de vous donner des idées, des envies pour passer ces deux prochaines saisons dans le plaisir et loin du canapé qui vous fera très souvent de l’œil 🙂
On commence cette semaine par de la danse, avec la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, et on vous propose une aprem’ douceur dimanche avec Oum chanteuse marocaine .

Bartók/Beethoven/Schönberg

Scène Nationale : il souffle un vent féminin cette semaine ! 2
📸 Anne Van Aerschot 

Cette première soirée « Danse » de la saison réunit trois œuvres majeures d’Anne Teresa De Keersmaeker.
Le quatrième Quatuor de Béla Bartók fut la première partition de « musique contemporaine » que la chorégraphe, en 1986, se risquait à approcher. Sa subtilité rythmique lui inspira un quatuor de femmes vigoureux, joueur et insolent. Avec la Grande Fugue de Beethoven, elle foulait en 1992 un nouveau territoire : celui d’une virtuosité à la fois masculine et aérienne, serrant au plus près le contrepoint musical. La soirée se clôture sur un « duo à trois », inspiré par La Nuit transfigurée de Schönberg : le tourment amoureux s’y déploie dans un registre expressif que De Keersmaeker qualifie d’« effrontément romantique ». Arc-boutés à trois pages essentielles de l’histoire de la musique, trois moments-clés dans le parcours d’une chorégraphe, où négocient âprement l’écriture abstraite et le sens narratif. Les danseurs seront accompagnés de six musiciens de l’Ensemble Ictus, installés dans la fosse de la salle Touchard.


Jeudi 7 novembre 20h30 − Salle Touchard
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h45

OUM

OUM

Scène Nationale : il souffle un vent féminin cette semaine ! 3
© Lamia Lahbabi 

De part ses origines, l’artiste porte en elle la chaleur du désert, le vent de la liberté, la beauté et la fragilité des reliefs. Avec sa voix sincère, sensible et puissante, elle incarne le renouveau de la scène musicale marocaine. Déjà plusieurs albums à son actif et le succès est toujours au rendez-vous et dépasse largement les frontières de son pays natal.Ce sont ses voyages et ses rencontres qui ont fourni la matière de son album Daba, « maintenant » en arabe marocain. Un titre aux résonances multiples. Si Oum compose sa musique, elle a confié la direction artistique de ce nouvel album à la poétesse, chanteuse et oudiste palestinienne Kamilya Jubran. Si l’orchestration reste acoustique, quelques sons électroniques habillent pour la première fois ses chansons, comme pour les relier discrètement à notre monde actuel. La chanteuse se positionne comme une Marocaine, une Africaine et une femme du monde convaincue que les barrières culturelles pèsent moins que ce qui peut nous rassembler. Elle offre une musique plurielle, à l’image de la diversité culturelle du Maroc, sa voix est pleine et ses textes entiers, balayant d’un trait la nature menacée, le sort des migrants ou le statut des femmes. Une vraie invitation à vivre pleinement le moment présent !

Teaser du titre Daba :


Dimanche 10 novembre
 17h − Salle Touchard
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h30 environ

Infos billetterie : www.scenenationaledorleans.fr

Par Auré

Expatriée Orléanaise engagée dans la promotion du dynamisme culturel , sportif and co de cette chère ville ... Car quelques fois il suffit d'ouvrir un peu ses oreilles et ses yeux pour faire des infidélités agréables à son canapé :)
- Accessoirement kiné débordée et débordante , addict -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *