La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 1

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu

Portrait de cette photographe orléanaise talentueuse, aux projets engagés !

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 2

Ma 1 ère rencontre avec Géraldine a été fortuite, amenée par un triste événement mais celui-ci me l’a révélée :  Il y a un an et demi, cette belle jeune femme aux yeux espiègles passe un appel sur les réseaux sociaux, car on vient de lui voler son appareil photo avec tous les trésors qu’il contient. Voilà, elle est rentrée dans ma vie comme ça, par un « partage d’appel à témoin » et c’est amusant car c’est ce qui semble la définir, Géraldine : c’est le Partage .
Je suis allée voir son travail et ça a été une claque pour moi, chacune de ses photos raconte quelque chose, son œil est unique . Depuis je suis son travail, ses projets forts et magnifiques et j’avais envie de vous les présenter.
J’ai contacté la photographe et quelques jours après elle me recevait chez elle toute sourire, gaie et passionnante. 2ème rencontre. Et deuxième claque ! Humaniste et authentique elle s’ouvre à vous avec élégance et don de soi, et en quelques minutes vous êtes submergée de cette chaleur, Géraldine aime les gens, aime être avec eux, aime ses échanges. On le voit dans son travail et on le ressent en étant avec elle.

Géraldine est née en Roumanie, sa mère est française et son père roumain. Cette origine est le fruit d’un amour qui défie les barrières des km, politiques. Sa maman française en visite là-bas est tombée folle amoureuse de son guide et le demande en mariage après des années de correspondances. Elle va le rejoindre, se sépare d’un confort de vie pour une vie rude, pour Aimer.
Cette mixité, son histoire, l’histoire de sa mère est d’ailleurs un des portraits de son dernier projet « Don’t fuck with me », on y reviendra !

Géraldine a connu la dictature communiste de Nicolae Ceausescu, la désinformation, la censure. A la chute du système elle a 13 ans, elle découvre les expositions, l’art, se nourrit ardemment de peintures, de photos. Un jour elle va à une expo photo reportage World Press sur son Pays et c’est la révélation « j’ai vu mon pays, tel que je l’avais connu, vécu  … je me suis retrouvée dans ces clichés et j’ai découvert que la photo pouvait raconter des vraies histoires, la réalité … j’ai su alors que je voulais être photographe » .
La photographie humaniste, c’est ce qui définit son travail. Derrière chaque photo il y a un message, une histoire. Ses projets sont engagés, ils peuvent même quelques fois déranger et être difficiles à financer, comme par exemple le tout dernier « Stop Kidding » , travail autour des migrants mineurs isolés  . Géraldine ne fait que ce qu’elle aime, ce qui l’anime, la « photo alimentaire » n’est plus nécessaire, le travail a payé. Elle a le don de voir le beau dans le quotidien, ces tous les jours, ces routines de vie banales …  c’ est d’ailleurs un de ces beau projet « 24h » . Rentrer dans l’intimité d’un individu pendant 24h, ne pas le quitter et en faire ressortir une réalité puissante et belle. Sublimer les habitudes, ces petits gestes quotidiens qu’on laisse au placard, qu’on ne trouve pas assez clinquants. Le résultat c’est une série de photos intimes, jamais voyeuses toujours justes. Ça explose d’intensité et d’authenticité, ça prend les tripes.

Les projets

DON’T FUCK WITH ME

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 3

Laurence, Aurélie, Jenna, Marie Amélie, Andréa … ce sont des héroïnes du quotidien que met en valeur ce projet tourné autour de la puissance des femmes et des petites filles. Géraldine capture la force de ces femmes, nous montre à travers leurs gestes, leur regard, la puissance de ces combattantes et Patricia Louisor- Brosset raconte leur histoire par le texte qui accompagne les clichés.  L’anorexie, l’excision, la maladie … ou encore la passion, l’amour, l’éducation … autant de combats menés par ces femmes qui portent la voix de tant d’autres, qui montrent le chemin, vers la liberté, l’égalité, l’acceptation, l’amour de soi. Inspirantes ! Le but est de parler aux plus grands nombres, aux femmes mais pas que ! Sensibiliser les ados, leur réapproprier leur corps, les faire réfléchir. L’aventure commence il ya un an et demi avec les ados du collège Jeanne d’Arc, il y a des lectures, ils voient  les photos, il y a beaucoup d’échanges.  « On a demandé aux élèves si certains avaient été victimes d’agressions sexuelles, aucune main ne s’est levée. On a alors précisé que les atteintes verbales dans la rue, les mains aux fesses en faisaient partis et, après la surprise d’apprendre que cela représentait une agression, ils ont levé les mains ».  

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 7

Après une 1ere expo à Paris, le projet prend la direction de l’itinérance, s’exporte … NYC à la galerie « Maison 10 » le 21 juin ! Au fil de ses rencontres, de ses autres projets ou collaboration ( fight for dignity par ex ), le projet s’etoffe de nouveaux portraits les «  don’t fuck ladies »,  et s’offre de nouveaux lieux d’accueil . La « Big Apple » devrait abriter une nouvelle expo d’ici quelques mois … 🙂
« On ne gagne pas d’argent avec ce projet, mais c’est un projet du cœur ! Aujourd’hui on se rend compte que rien n’est acquis, des Droits tellement évidents disparaissent … ».

https://www.dfwm.life/
https://www.instagram.com/dfwmparis/

STOP KIDDING

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 8

Il s’agit ici d’un projet difficile, pour lequel il est compliqué de trouver une écoute, des aides pour le financement. Un sujet tabou.
Il est question des enfants migrants qui se retrouvent à la rue en France, ignorés par l’état qui refuse de reconnaître le fait qu’ils soient mineurs (Un mineur isolé étranger est dispensé de titre de séjour et est donc en situation régulière jusqu’à sa majorité). Une situation que Géraldine dénonce.
Face à cette situation, des gens ouvrent leur porte pour les accueillir une nuit, deux nuits ou plus … STOP KIDDING ce sont des photos d’enfants et hébergeurs, les photos d’une main tendue. Montrer que cela est possible, que ce n’est pas si difficile d’ouvrir sa porte. Elle parcourt la France pour photographier ses familles. Les visages des enfants sont cachés : les « non reconnus ». La peur est là, certaines familles reculent même au moment de la publication.
En écoutant ces histoires d’enfants cachés on retrouve une impression de 2e guerre mondiale … C’est Géraldine qui me le dit, et elle en connaît quelque chose puisque pendant quelques années elle a réalisé des portraits d’enfants cachés pendant la 2e guerre avec le CERCIL. Ces grands enfants de 85 ans, miroirs sur l’actualité.  

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 11

Une Expo a lieu à Arles du 1er au 7 juillet dans une maison, comme ceux qui ouvrent la leur. La suite c’est du 15 au 21 juillet à L’ Ambassade de l’Etat créatif à Arles .
Personne ne sait s’il y en aura d’autres, après toutes les rencontres pour trouver du soutien financier, toutes les portes sont fermées. Face à l’indifférence, ceci est un appel !
 

LES 24 H

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 12

Comment est né le projet ? En novembre 2014, Géraldine fait le constat qu’elle ne passe pas assez de temps avec les gens qu’elle photographie « il y a des gens que tu n’as pas envie de quitter tout de suite, tu te sens bien avec eux ». Frustrée, elle a alors l’idée de photographier les gens pendant 24h, dans leur quotidien, sans mise en scène. Elle ne veut pas de journées extraordinaires, non, juste du vrai. « Je les suis comme leur ombre », étonnée de voir que les gens acceptent, c’est toujours un joli moment. Elle leur donne ensuite le livre de leurs 24h, qu’ils gardent, le temps immortalisé.

La photographie humaniste de Géraldine Aresteanu 13


« J’ai commencé avec un pêcheur qui avait une cabane illégale au milieu de l’eau . Je l’ai rencontré quelques mois avant pour un autre projet autour de la révolution de 1989 en Roumanie. Sur ce projet, on photographiait et on partait, frustrant ! A ce pêcheur-là, j’ai dit je reviens ». C’est le début des 24h.  Un projet « juste » photo, des photos qui parlent d’elles même. Le 108 rue du Bourgogne accueille ensuite une petite expo de 4-5 portraits, ça plait. Depuis, d’autres suivent, on peut les voir sur son site.
Moi, ces photos elles me bouleversent à chaque fois. « On rentre dans l’intimité mais on n’est pas voyeurs ».

http://www.24h.geraldinearesteanu.com/

EXPO UNITE MEDICO JUDICIAIRE ORLEANS

L’an dernier, l’UMJ d’Orléans (Unité médico judiciaire mineure)  demande à Géraldine de faire un reportage photo . C’est la seule unité de France qui permet aux enfants ayant subi des violences maltraitances de déposer plainte auprès d’un gendarme à l’hôpital même. Ces photos sont exposées dans le hall au RDC. Un travail qui compte beaucoup pour elle. L’hôpital depuis un an elle y travaille beaucoup, elle participe également au projet RIRE MEDECIN. « Cela n’a pas été facile de voir ses enfants, la maladie, les difficultés rencontrées au quotidien et parfois même la solitude. J’ai reçu des messages de parents ensuite, heureux de ses moments de joie capturés… ça m’a beaucoup touchée »

http://www.geraldinearesteanu.com/reportages

https://www.leriremedecin.org

FIGHT FOR DIGNITY

Sa rencontre avec Laurence Fisher est à l’origine de sa collaboration avec l’association. Karatéka 3 fois championne du Monde, Laurence (qui est une des femmes du projet DFWM) fait un voyage au Congo en 2014 et décide de monter un projet : apprendre le karaté a ces survivantes victimes de sévices afin qu’elles se réapproprient leur corps et le reconstruisent. Elle forme un prof de karaté sur place et le projet voit le jour, en même temps que sur Paris à la Maison des femmes. Géraldine devient la photographe de l’asso.
https://www.fightfordignity.net/

C’est évidemment une Liste non exhaustive de ces projets perso, de son travail. Elle est très présente dans la Culture (c’est la photographe de Yann Bourgeois qu’on retrouve à la scène Nationale à chaque nouvelle création ! c’est sublime), la mode. Ça me tenait à cœur de vous la présenter, pour ceux qui ne connaissent pas son travail. Engagée et talentueuse, cette orléanaise est un véritable écrin de sensibilité et d’humanisme !

LA DECOUVRIR :
http://www.geraldinearesteanu.com/
https://www.instagram.com/geraldine_aresteanu/?hl=fr
https://www.facebook.com/G%C3%A9raldine-Aresteanu-photographe-1500798970178313/

Orléans se prépare à un "bel été"  ! Voici le programme des activités. 24

Orléans se prépare à un « bel été » ! Voici le programme des activités.

Le soleil se décide enfin à montrer le bout de son nez, accompagnant l’ouverture une à une des guinguettes du bord de Loire (le Boui- Boui est en place, le Bar de Loire vient d’ouvrir, La Sardine lancera sa saison le 29 mai, La Paillote le 30 mai).

Pas de doute : l’été arrive, les quais se réveillent et les animations estivales qui ponctuent cette agréable période vont commencer !
PIAO s’est rendu à la présentation du programme estival de la ville, qui débutera le 1er juin pour se clôturer par le Festival de Loire du 18 au 22 sept. Voici de quoi vous mettre l’eau à la bouche !

La Sardine, saison 2018

Retour en vidéo sur la saison 2018 de La Sardine en attendant l'ouverture le 29 mai prochain pour un nouvel été chaleureux. Nombreux concerts, Djs sets et animations danses seront à nouveau au programme – vous en aurez la primeur très rapidement ici-même.Nous sommes également à la recherche de nouveaux équipiers pour cette saison qui arrive, alors n'hésitez pas à nous contacter (Messages en MP).A très bientôt pour plus d'infos 😉

Publiée par Guinguette La Sardine sur Lundi 18 mars 2019

Gratuité et Identité

Comme les années précédentes, les orléanais et les touristes auront accès gratuitement aux diverses animations proposées par plus de 200 associations locales.

Tous les publics seront concernés, les adultes et les enfants (un nouvel événement leur est même destiné : le Livrodrome). La Loire sera au centre des festivités, avec la volonté de marier « Culture » et « Culture de Loire », avec les quais comme terrain de jeu naturel pour les artistes !

Orléans se prépare à un "bel été"  ! Voici le programme des activités. 25

Les Nouveautés

L’ EXPO « CURIOSA » : du 1er juin au 31 août au Parc Floral. 20 photographies d’objets et de spécimens bizarres, curieux, ou rares s’invitent à un voyage dans l’histoire des collections du Muséum d’Orléans .

LE LIVRODROME : le vendredi 19 juillet de 11h à 19h, Jardin de la Charpenterie. Durant une journée exceptionnelle dédiée aux ados, au pré-ados et leurs familles. Parc d’attraction littéraire avec plus de 20 activités ludiques, créatives, interactives en compagnie d’une 10aine d’auteurs (Marie Aude Murail, Nathalie Riché …) d’illustrateurs, manga, musiciens… Au programme : radio libre, tatouages éphémères, concours d’éloquence, blind test dessiné, cabinet d’ordonnances littéraires (ou comment soigner ses maux avec la lecture !), atelier booktube etc.
Orléans sera la 5e ville à accueillir cet évènement !

CONFÉRENCE FLOTTANTE : issu du nouveau partenariat avec le FRAC , le samedi 20 juillet à 11h et mercredi 7 août à 18h30. Un médiateur vous présente une sélection de projets de la collection du FRAC Centre-Val de Loire au cours d’une promenade fluviale en bateau. Voguez à travers l’univers d’artistes et architectes contemporains qui ont repensé le rapport entre eau et architecture.

JOGG’ART : issu du nouveau partenariat avec le FRAC, le dimanche 7 juillet à 11h Place de Loire. Partez à la conquête de l’architecture et de la ville ! Des médiateur.rices vous guident pour une boucle sportive au départ des quais, puis vous emmènent au FRAC pour des échauffements et des étirements autour des oeuvres et d’un jus de fruits.

LE STREET ART A ORLÉANS : les 6,12,14,20 et 26 juillet / les 2,23 et 31 août à 15h30, devant l’office du tourisme. Sur les traces des street artistes, de la cathédrale en passant par la rue des Carmes et jusqu’aux anciennes Vinaigreries, plongez dans un univers insolite et coloré. Durée 1H30, 7e/pers (inscriptions auprès de l’office du tourisme).

JEU DE PISTE : A LA DÉCOUVERTE DE LA LOIRE A ORLÉANS : Le mercredi 26 juin de 14h30 à 16h, les mercredi 14, 21 et 28 août de 10h30 à 12h, Capitainerie Quai du fort Alleaume. Explore les quais et les rues d’Orléans lors d’un jeu de piste qui te fera découvrir la place importante de la Loire dans l’histoire de la ville (réservations obligatoires auprès de l’office du tourisme). Gratuit.

MENEZ L’ENQUETE : Les mardi 2 juillet, lundi 8 juillet, mardi 16 juillet, lundi 22 juillet, mardi 30 juillet, lundi 5 août, mardi 13 août, lundi 19 août et mardi 27 août à 15h30, devant l’office du tourisme. En compagnie de l’inspecteur Salerno, partez à la recherche d’indices et de symboles dans la ville. Apprenez, interprétez et découvrez comment s’est construite cette cité aux multiples facettes. Durée : 1h30 (inscriptions auprès de l’office du tourisme), 7€/pers.

LES MOULINS D’OLIVET : les mercredi 3, 10, 17 et 31 juillet à 17h . Parking de la reine blanche à Olivet . Longeant le Loiret, cette balade vous permettra de découvrir les moulins, témoignages d’une activité économique passée, aujourd’hui transformée en maison d’habitations. Durée : 2h (inscriptions auprès de l’office du tourisme), 7€/pers.

MEDIATHEQUE HORS LES MURS : LIRE AU PARC PASTEUR : les 24 et 25 août, toute la journée. Dans le cadre du festival « une autre histoire ».

MEDIATHEQUE HORS LES MURS : LIRE AU SQUARE LUCIE-AUBRAC : les vendredi 12 et 26 juillet, de 15 à 17h30. Tout public.

500 ANS DE RENAISSANCES A ORLÉANS : les dimanche 7 et 28 juillet, 4, 11, 18 août et vendredi 23 août à 15h30. A l’occasion des 500 ans de la Renaissance, venez apprécier la richesse ornementale des plus prestigieuses demeures d’Orléans et leurs remaniements successifs, témoignages de l’opulence de la ville et de son commerce à partir du 16e siècle. Durée 1h30, 7€/pers .

AVEC LE MUSEE DES BEAUX-ARTS :

  • Mini ateliers pour les 4-6 ans
  • Danse hip hop dans le cadre de la fête de la musique le 21 juin
  • Stage de sculpture/ modelage
  • Un été au musée : les ateliers se déroulent pendant les vacances scolaires sur 4 1/2 journées. Ils permettent aux enfants de découvrir diverses techniques et matériaux et de développer leur créativité. Chaque thème est en relation avec une partie des collections du musée ou une expo temporaire.
  • Escapade pour les 7-10 ans . Un circuit touristique est proposé par l’agence de voyage « Muse et découverte ». Au programme : activités sportives et culturelles, rencontres de personnalités et visites de lieu d’exception. Durée 2h , gratuit, sur inscription .

Les Incontournables

Les guinguettes

Orléans se prépare à un "bel été"  ! Voici le programme des activités. 26
Orléans se prépare à un "bel été"  ! Voici le programme des activités. 27

La Sardine
ponton Quai du Châtelet.
Du 29 mai au 1er septembre.

Le Boui-boui
jusqu’au 30 septembre.
Capitainerie, Quai du Fort Alleaume.
Du mercredi au vendredi de 15h à 23h30
Du samedi au dimanche de 10h à 23h30.

La Paillote
du 31 mai au 22 septembre. Quai de Prague

Juin et Septembre :
– les jeudi et vendredi de 17h à 22h
– le samedi de 16h à 22h
– le dimanche de 16h à 20h

Juillet et août :
– du mardi au vendredi de 17h à 22h
– le samedi de 16h à 22h
– le dimanche de 16h à 20h


La Loire et ses mariniers

. La fête du Port : samedi 1er juin de 11h à 23h à la Capitainerie
. La fête des Mariniers : le samedi 22 juin de 10h à 20h , le dimanche 23 juin de 10h à 19h au Quai du Fort Alleaume .
. La Navigation en Loire : le dimanche 14 juillet de 13h30 à 17h30 , embarquement Quai du Châtelet.
. Festival de Loire : du 18 au 22 septembre . Voir notre article sur le sujet avec la présentation de festivités.


La Loire sportive

Liste non exhaustive !

Différentes associations se succéderont pour vous proposer des initiations : aviron, pétanque, running, marche nordique, tai chi chuan, natation , hatha yoga, bmx …

A noter :

  • La tournée des sables 2019 : les 5 et 6 juin, place du Martroi. De nombreuses animations gratuites et participatives seront à découvrir . Initiations et découvertes de la pratique du volley sous toutes ses formes , ouvert au grand public .
  • Open Plus Orléans Métropole : du mercredi 3 au samedi 6 juillet , place du Martroi. Pendant 5 jours, le Comité du Loiret de Basket et la Mairie d’Orléans proposeront des tournois mais également des animations de basket 3X3, pour le grand public. Entrée gratuite. Le samedi 6 juillet, l’Open Plus regroupera les 12 meilleurs équipes féminines et masculines de France.

Plus d’infos prochainement sur notre site internet …


La Loire en musique

. Summer ballads : le vendredi 7 juin à 20h, à L’Institut. Standards de jazz des années 30 et 50. Entrée libre
. Le piano invite la danse : le mardi 11 juin à 19h, l’Institut. Avec les élèves de piano et les élèves de danse contemporaine .
. Concert « Ode a Clara » : samedi 15 juin à 20h30, dimanche 16 juin à 16h au théâtre d’Orléans. Orchestre symphonique d’Orléans.
. Aux 4 coins du conte : le mardi 18 juin à 19h au Conservatoire . Concert en famille . spectacle jeune public.
. 5ème édition Jazz à l’ Evêché : voir l’article de présentation
. Concert de jazz « oriental » avec le conservatoire : le samedi 22 juin à 15h.
. Festival « Au son des orgues » : les dimanche 7, 14, 21 et 28 juillet / 4, 11, 18 et 25 août à 16h30. Cathédrale d’Orléans. Entrée gratuite.
. Concert « éphémère » : – Funny faces le samedi 20 juillet et 24 août à 11h , Quai du roi
Solystelle merc 31 juillet à 15h30 , Jardin de la Charpenterie
Soehn mercredi 21 août à 15h30, Jardin de la Charpenterie
. Festival HOP POP HOP « intracity music Party » : les 13 et 14 septembre à 16h. Nous vous en reparlerons !


La Loire culturelle

Liste non exhaustive !

. Son et lumière : du 30 mai au 31 août, du mardi au samedi à 23h. Cathédrale
En 1ère partie : Fêtes de Jeanne d’Arc ; en 2ème partie : 500 ans de la Renaissance réalisé par l’école des Gobelins.
. Plantes comestibles en bords de Loire : le samedi 15 juin de 15h à 17h, ponton quai du châtelet. Embarquez en bateau pour rejoindre les rives sauvages, puis partez à la découverte des plantes comestibles faisant partie de l’écosystème ligérien. Réservations obligatoires office du Tourisme.
. Croque ta ville : mercredi 17 juillet et dimanche 25 août de 10h à 12h30 et 16h30 à 19h. Pour découvrir l’art du croquis pris sur le vif. Réservation obligatoire, matériel mis à disposition.
. La Loire enchantée : les vendredi 26 juillet, 2 et 23 août à 18h30, devant la Tour Blanche rue de la Tour Neuve. Une balade au rythme des mariniers pour re- découvrir le patrimoine des bords de Loire. Durée 2h, réservation obligatoire. 4,5€ à 6,5€


La Fête des Duits, épisode 9

Orléans se prépare à un "bel été"  ! Voici le programme des activités. 28

Thème : l’altérité. Du mercredi 14 au lundi 19 août .
Rafraichissements artistiques , c’est un rassemblement d’humains qui fédèrent autour des créations artistiques pluridisciplinaires, contemporaines et expérimentales . Création de l’association NANOPROD, directeur artistique Arnaud Nano Métivier.
La planète des duits : tous les jours de 10h30 à 19h30
L’éveil des duits : (safari artistique à l’aube) le dimanche 18 août à 6h
La nuit des duits : (safari artistique au crépuscule) du 14 au 18 août à 21h
Le point de Vue : tous les jours de 11h à minuit et le 19 août de 11h à 20h
programme complet.

Et aussi …

. Exposition la Loire au cœur d’Orléans Métropole : du 17 juin au 1e septembre . 15 triptyques de photos amateurs  » Les orléanais et leur perception de la Loire » . Le jury a reçu plus de 450 photos !
. Navettes fluviales : du 19 juin au 1er septembre.
. Exposition photo The shoppers de Thomas Devaux du 6 juillet au 28 septembre . Au centre Charles Peguy
. La ville du dessus : juillet tous les jeudi et le dim 28 / Aout : les mercredi 7, 21, 28, jeudi 1er, ven 30, samedi 3, 10, 17 et dimanche 25
. Les aqualudiques : tous les mercredi de 14h à 17h
. 213e fêtes de la Saint FIACRE : du vendredi 30 août au 2 sept

Plus d’infos à venir avec notamment le programme complet à télécharger !

Du 22 mai au 5 juin devenez acteur pour la planète avec le "No Plastic Challenge 2019" ! 29

Du 22 mai au 5 juin devenez acteur pour la planète avec le « No Plastic Challenge 2019 » !

Du 22 mai au 5 juin devenez acteur pour la planète avec le "No Plastic Challenge 2019" ! 30

Il y a quelques mois nous avons dressé le portrait de Justine Davasse et son association « Les mouvements zéro  » luttant pour le zéro déchet. Vous avez été nombreux à réagir et certains ont même commencé une transition … Demain débute la deuxième édition du #NoPlasticChallenge », et si vous y participiez ? 😃

L’association « No Plastic in my sea » lance ce challenge à tous (entreprises, consommateurs… ) et nous propose de revoir nos habitudes de consommations pendant 15 jours notamment en faisant disparaître les objets à usage unique. Le #noplasticchallenge est une opportunité pour agir contre la pollution plastique à la source en réduisant notre consommation. Et ainsi pousser les marques et distributeurs à utiliser moins de plastique.

Comment ?

• On peut participer individuellement ou collectivement
• En choisissant d’adopter un, plusieurs ou tous les éco-gestes proposés : pas de paille, pas de bouteille en plastique, utilisation de savon solide….
• On évite au maximum le plastique jetable (gobelet en plastique, couverts en plastique…)
• On se procure une gourde, une tasse, un verre réutilisable, des couverts sur son lieu de travail
• On le fait savoir sur les réseaux sociaux, on diffuse les visuels de l’opération et on « challenge » ses contacts ! On utilise le hashtag #NoPlasticChallenge

L’association proposera 15 éco-gestes sur ces réseaux pendant 15 jours pour réduire notre consommation de plastique et faire pression sur les fabricants. En effet, la réduction du plastique en circulation est la seule solution durable pour réduire la pollution plastique car le recyclage n’est que de 21% !!!!

Site internet pour + d’infos : https://noplasticinmyseafr.wordpress.com/le-no-plastic-challenge-2/
Page facebook de l’évènement : https://www.facebook.com/events/2173913529344821/

On vous remet le lien de l’article sur Justine , il est rempli de conseils 😉

piao.fr/2019/04/zero-dechet-une-orleanaise-investie-pour-un-monde-meilleur/

Du 22 mai au 5 juin devenez acteur pour la planète avec le "No Plastic Challenge 2019" ! 31

Passagers : un trés beau spectacle de cirque à ne pas louper ! 32

Passagers : un trés beau spectacle de cirque à ne pas louper !

Passagers : un trés beau spectacle de cirque à ne pas louper ! 33
photo : Seb Loze

Il y a des spectacles qu’on coche d’une croix rouge sur son agenda pour ne pas les louper , Passagers fait parti de ceux là ! Dès la sortie de la programmation à la rentrée dernière, ce rendez-vous circadien avait retenu notre attention. On vous recommande de ne pas le louper car pour sûr vous ne serez pas déçus !!!
Mardi 21 mai (+ rencontre), mercredi 22 et jeudi 23 à 20h30, la Scène nationale d’Orléans accueille les premières dates françaises de la tournée de l’une des dernières créations de la compagnie canadienne des 7 doigts de la main: Passagers .

Après TracesSéquence 8 puis Cuisine et confessions en 2015, la compagnie est de retour sur Orléans et ils vont nous régaler ! 

Ce qu’ils en disent :
Il y a du duo trapèze fixe. De la jonglerie. Du cerceau aérien. De la contorsion. Du mât chinois. Du hula hoop. De la sangle aérienne. Pas de doute : c’est du cirque et vous allez en prendre plein les yeux !

Cette nouvelle pièce s’appelle Passagers: qu’est-ce qu’il se produit entre les passagers d’un même train, forcément en mouvement, en transition, entre regrets et utopies, reflet de leurs origines et embryons de leurs futurs.Inspirés par le mouvement et la transition du parcours, ils racontent leurs histoires faites de fuites et de rencontres. Alors que la cadence du voyage insuffle son rythme au paysage sonore, dévoilant le contenu de leurs bagages, ils se révèlent au public.
Témoins du monde qui défile sous leurs yeux et qui les transforme à leur insu, ils métamorphosent leur compartiment en aire de jeu propice aux confidences. Dans la lignée des précédentes créations des 7 Doigts, Passagers est une célébration de l’Humain et une réflexion sur l’importance et la beauté des relations interpersonnelles.
Élargissant les frontières de l’expérience scénique en combinant danse, expression physique, acrobatie et projection, la compagnie invitent de nouveau le public à traverser le quatrième mur à la rencontre de personnages qui leur ressemblent.

Une nouvelle fois cette création est portée par des compositions musicales originales et une distribution internationale sélectionnée pour son esprit créatif, multidisciplinaire et collaboratif. Le voyage continue et nous emporte !

📹 Les images parlent mieux que les mots 😄

📍Théâtre d’Orléans (salle Touchard) – Tarifs de 13€ à 25€ – Durée 1h30

🤩 La Scène nationale d’Orléans vous propose un tarif de 20€ pour l’une des trois soirées du spectacle ! Attention, la réduction en ligne est valable jusqu’au dimanche 19 mai 23h59 (nombre limité de places).
👉 Pour profiter de l’offre, c’est par ici : http://www.forumsirius.fr/orion/orleanssn.phtml?offre=passagers

PIAO y sera et vous ?

Passagers : un trés beau spectacle de cirque à ne pas louper ! 34
Jazz à l'Evêché 2019 : TOUT UN PROGRAMME ! 35

Jazz à l’Evêché 2019 : TOUT UN PROGRAMME !

Jazz à l'Evêché 2019 : TOUT UN PROGRAMME ! 36

Les beaux jours reviennent, on troc son manteau pour une p’tite veste plus légère, on se pose plus souvent en terrasse … pas de doute, l’été pointe son nez, et le début de l’été chez nous ça rime avec Jazz à l’Evêché ! C’est avec bonheur qu’on vous dévoile la programmation de la 5e édition du festival, qui se tiendra du 19 au 22 juin dans le splendide jardin de l’Evêché !

N’en déplaise aux puristes du jazz, ce rendez-vous se veut familial, tout public, accessible . Un lieu d’échanges et de rencontres autour d’un verre, pour discuter de la musique mais pas que … N’en déplaise aux nostalgiques du majestueux Campo Santo (nous en sommes), ce lieu, ce jardin, se veut intimiste, propice à une atmosphère privilégiée . Un lieu où artistes se mêlent aux spectateurs, où l’on écoute de la musique pendant que les enfants jouent, où l’on passe sa 2e partie de soirée éclairé aux lampions au son de la prog musicale de la Caravane, entourés par les copains d’ ABCD à la buvette ! N’en déplaise aux dépensiers, ce festival se veut gratuit et le restera 🙂

La philosophie

Jazz à l’Evêché sera de nouveau tourné vers le jeune public , une priorité pour Nathalie Kerrien la maire adjointe déléguée à la culture et Stéphane Kochoyan le directeur artistique . Un projet participatif verra d’ailleurs le jour avec les écoles orléanaises, autour de l’harmonica et de la venue de l’artiste Greg Zlap.
Autre objectif : baisser la moyenne d’âge des concerts de jazz, attirer un autre public, surprendre ! Le projet novateur de « Organic Live band » aura la lourde mission de dérouiller un peu nos oreilles, emmener le public vers ce qu’il n’a pas l’habitude d’entendre .

Le Jardin mais pas que !

Le Jardin de l’Evêché sera toujours le centre du festival, avec ses concerts et ses buvettes tenues par l’association ABCD45. Le partenariat avec la ville d’Olivet est renouvelé, vous pourrez donc y retrouver deux concerts au théâtre de Verdure. La caravane Hors les Murs, place Martroi et Place de la République, accueillera aussi une programmation. Le cinéma des Carmes aura également le plaisir de projeter un film autour de Joëlle Léandre grande dame de l’improvisation et inspiratrice de notre Théo Ceccaldi !

Jazz à l'Evêché 2019 : TOUT UN PROGRAMME ! 37

La programmation

Mercredi 19 juin :
19h : KAPLAA . Vainqueur du tremplin jazz or jazz 2019 , quintet original autour de la flûte traversière. Entre jazz, free jazz, pop et rock .
20h15 : MOP IV . Ce projet est la version live de la singulière démarche artistique de Pascal Maupeu, l’orléanais expatrié. Répertoire éclectique, jonglant avec les climats éthérés et planants.
21h15 : GREG ZLAP. Riche de ces influences (musicien de Johnny Hallyday ou encore Vladimir Cosma), et véritable showman, il est aussi à l’aise sur scène en leader qu’en sideman. Avec son fidèle partenaire l’harmonica, il nous présente un spectacle hors norme avec une belle énergie rock . Ce sera sa deuxième rencontre avec le public Orléanais, le programmateur avait à coeur de le fidéliser ! On le retrouvera aussi le lendemain avec le projet jeune public.
23h : ELEFENT. Pour finir la journée en douceur, solo Blues et folk intimiste et brute. Le projet revitalise et met en lumière un instrument atypique : la guitare Weissenborn (guitare à plat). Programmé par ABCD45 .

Jeudi 20 juin :
12h30 : Concert jeune public ouvert à tous avec Greg Zlap. Avec la participation d’écoles orléanaises, les enfants équipés par la ville d’un harmonica quelques semaines avant, participeront au concert en apprenant les différentes notions de l’instrument de manière ludique et interactive. Ils sont amenés progressivement à former un groupe capable de jouer avec les musiciens présents sur scène !
19h : RED REPORT. Formation au répertoire inspiré du jazz fusion des années 70. Rdv inédit puisque ce jeune groupe s’est peu produit encore.
20h15 : ELECTRIC BLUES DUO. Formule minimaliste qui puise ses inspirations dans le blues des années 60/70.
21h15 : CYRILLE AIMEE. La chanteuse a remporté le 1er prix du concours Jazz Vocal Montreux jazz Festival ainsi que la compétition internationale Sarah Vaughan. Artiste aux multiples influences, d’origine franco-dominicaine et très influencée par le jazz manouche de Django Reinhardt, elle vit actuellement à La Nouvelle-Orléans.
23h : ORIELO. Suite de la soirée féminine avec cette artiste que l’on connait bien. Bassiste et chanteuse vous l’avez certainement entendue à la JAVA POP ! Soirée évasion avec cette voix envoûtante aux accents créoles et africains. Par ABCD45.
On retrouve Majnun à la basse qui était déja présent il y a un an sur scène 🙂

Vendredi 21 juin : fête de la musique !
12h30 : MARTIN JOEY DINE ( piano ) et MARTA ARPINI ( son élève au chant ). Cet Orléanais surdoué de la musique vit désormais aux USA. Le lyrisme de ses mélodies et la richesse de ses harmonies s’adaptent complètement au phrasé suave, précis et souple de Marta. Nébuleux, décalé.
15h30 : TOM IBARRA GROUP. Concert jeune public au théâtre de verdure d’Olivet. Jeune prodige (18 ans) compositeur et guitariste de jazz Funk Fusion aux influences rock pop instrumentales. Remarqué très jeune pour sa virtuosité, il est invité à partager la scène de Didier Lockwood, Marcus Miller ou encore Richard Bona. Régulièrement récompensé lors des tremplins jazz, on n’a pas fini d’entendre parler de cet artiste !!
19h : TOM IBARRA GROUP. Concert tout public, Olivet. Attendez-vous à prendre une claque ! Cette soirée est une belle alternative pour les amateurs de jazz plus frileux à la programmation ambitieuse mais moins classique du Jardin de l’Evêché du même soir !
19h : Jardin de l’Évêché , ENEZ . Quartet acoustique lyrique. Cette formation d’Indre et Loire a remporté en 2018 le tremplin du Sunset/Sunside à Paris. Programmé par O’Jazz.
20h15 : REVIVOR. Dans la thématique de la soirée à influence Hip Hop, ce groupe est sans aucun doute une des pépites de la soul moderne de l’année.
21h15 : ORGANIC LIVE BAND (LORD ESPERANZA, YUGEN BLAKROK, VSO, NEMIR)
Ce projet est le fruit de la rencontre entre de jeunes musiciens des classes du Conservatoire Nîmois avec des artistes du monde du rap. Projet ambitieux, qui bouscule les codes du jazz, un premier concert apothéose en club a immortalisé cette création jazz-rap. Jazz à l’Evêché a été choisi pour ce 2nd show avec une nouvelle invitée : la chanteuse sud- africaine Yugen Blakrock. C’est le soir où l’on célèbre la musique qui évolue, qui se mèle pour s’enrichir, on adore ! On ne sait pas à quoi s’attendre et c’est génial : pour sûr on veut être là pour le découvrir !
23h : KIFF KIFF. Quartet de jazz de rue , en déambulation dans le jardin.

Samedi 22 juin
16h Place du Martroi et 17h Place de la République : KIFF KIFF, pour Hors les murs.
17h15 : Cinéma les Carmes Projection du film « Joelle Léandre affamée » de Christian Pouget. Rencontre autour de la musicienne et de son projet « Can you hear me ? ». Venez découvrir cette artiste qui a bousculé le jazz, joué avec les plus grands , inspiré les nouvelles pépites.


19h : ALULA. Véritable rencontre multiculturelle, l’univers d’Alula se décline dans un répertoire original, composé de climats éclectiques se référant à la fois au jazz européen et à la musique africaine.
20h15 : AKAGERA. Formation 100% orléanaise, trio batterie vibraphone trombone.
21h15 : FRED PALLEM ET LE SACRE DU TYMPAN. Grand orchestre émérite mené par l’esthète du son Fred Pallem, également conteur qui depuis deux décennies joue avec notre imaginaire collectif. Il continue ainsi son travail sur la musique à l’image cette fois ci à travers l’esprit des films  » blaxploitations  » des seventies. On retrouvera un invité bien connu du festival au chant : Hugh Coltman !
23h : FERRAND/LAUDAT QUINTET. Les deux acolytes accordéonistes reviennent cet année accompagnés par les copains orléanais à la batterie guitare et contrebasse pour vous faire bouger. Ambiance garantie !

Dans la continuité des précédentes, cette nouvelle édition proposera une programmation entre jazz classique et ouverture. Une attention particulière à l’arrivée du hip hop , réel pari ambitieux du directeur artistique désireux d’ouvrir le festival à un nouveau public ! Cela vient résonner avec le concert Jeff Mills/Tony Allen programmé à Jazzorjazz un mois plus tôt … 🙂

Programme :

Parcours et Jardins revient !! 38

Parcours et Jardins revient !!

Parcours et Jardins revient !! 39

Ce festival devenu incontournable est de retour le 17-18 et 19 mai, avec on espère le soleil mais sans aucun doute la bonne humeur !!! 🙂

Les copains d’ABCD45 remettent ça, et ils vont nous régaler pour cette 17ème édition. Parcours et Jardins c’est quoi ? C’est simple on vous dresse le tableau !
1- imaginez-vous un verre à la main
2- vous découvrez les somptueux petits jardins privés des habitants du quartier Bourgogne d’Orléans
3- à la carte : du théâtre, des concerts, des lectures, de la danse, des expos, des rencontres …
4- avec votre famille, vos amis, en solo …
5- pour y passer une heure ou toute la journée (buvette et restauration sur place)
6- et le tout gratuitement ! (hormis vos consos hein mais c’est tellement peu cher qu’on hésite pas longtemps)

En somme c’est un weekend enchanteur, qui appelle aux rencontres, à la convivialité … c’est un week-end soleil qui donne du baume au coeur et propice à l’évasion.
C’est un moment précieux où chaque année on regonfle son capital bonheur, on prend soin de ses amitiés, on y emmène des petits nouveaux, on repars avec en tête et en oreilles de belles découvertes d’artistes !

On adore, on ne va pas louper ça !! et vous ? 🙂

Parcours et Jardins revient !! 40
Parcours et Jardins revient !! 41

Parcours et Jardins revient !! 45
le duo Karen C et Theo

Page facebook de l’évènement : https://www.facebook.com/events/2301909636536861/

Jazz or jazz : le festival se termine en beauté ! 46

Jazz or jazz : le festival se termine en beauté !

C’est toujours particulier, le dernier soir d’un festival. On fait le bilan. On classe les concerts. On fait des plans sur la prochaine édition en se disant que ça va faire drôlement bizarre de ne pas recroiser demain les habitués avec qui l’on vient de partager nos soirées de la semaine. 

C’était donc samedi soir. Le dernier de Jazz or Jazz 2019. Et cette édition a tenu les promesses de son nom. Des musiques de partout, de tout temps, pour nous montrer la vitalité de cette musique et démontrer par l’exemple que l’ouverture, quelle qu’elle soit, nourrit. Qu’entre les générations, les continents, les courants, quand ça circule, ça crée!

Et ce samedi soir en a été la preuve par 3 :

1ere preuve : Le premier concert de la soirée invitait le Big Band Umlaut sur scène. Cet orchestre joue sans sonorisation, à l’ancienne et fait un travail d’historien, relevant d’anciens morceaux enregistrés entre les années 20 et 60. Les trompettes éclatent, les saxs ronronnent, la section rythmique balance et ce voyage dans le temps nous propulse dans les clubs de la Nouvelle-Orléans à New York.
Les morceaux, joués chronologiquement illustrent parfaitement les évolutions de la musique, la batterie grosse caisse-cymbale du début s’est enrichie, le banjo a laissé sa place à la guitare. Les musiciens eux restent des musiciens, libres, inventifs. Et cette musique souriante est communicative.

Jazz or jazz : le festival se termine en beauté ! 47
photo : Thomas Dorn

2eme preuve : Salif Keita entre en scène, les morceaux passent et on sent une petite retenue chez le maître. C’est plaisant, mais la salle est calme. Alors il suffit d’un mot du chanteur invitant à se lever et ça s’emporte. La salle, debout, danse avec lui. Le chanteur s’efface, laissant ses musiciens prendre la parole d’un solo magistral de kora, d’une séquence de percu.
Et c’est au tour du public de s’inviter sur scène, l’appel de la danse est trop fort. De la musique, de la danse, et l’émotion à la vue d’une étreinte entre Keita, 70 ans, et une spectatrice de quelques années son ainée. Le chanteur semble vouloir ralentir le rythme de ses tournées pour se consacrer à son combat pour les albinos en Afrique, victimes de graves persécutions. L’énergie de ce moment nous aura convaincus de sa vitalité.

3eme preuve : On sort de la salle et le Umlaut Big Band est déjà en place pour le bal ! Un peu timide, le public laisse la piste vide mais il suffit qu’un couple s’en empare et c’est lancé. Les danseurs s’invitent. Le hall du théâtre prend des airs de Cotton Club. Entre ces pas de swing à 2, la voilà la musique qui se partage ! Les musiciens s’amusent, les danseurs rient et les spectateurs en redemandent.

Alors, c’est ça le jazz. Ce que Jazz or Jazz aura prouvé ces 5 soirs. La musique, ça se joue, ça s’écoute, ça se partage, ça s’amuse, ça sourit, ça pleure, ça voyage, ça traverse. Et surtout ça vit !

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 48

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d’audace !

La musique se mêle à ces rencontres, voyage, s’enrichit au cours de son histoire. Jazz or Jazz veut nous en donner la preuve, cette musique est vivante, évolue, bouge, s’ouvre ! D’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, d’une influence à l’autre.
Il est aussi de ces mariages qui se font entre générations, quand des musiciens d’âges différents se retrouvent pour partager leurs musiques. Au-delà d’un passage de témoin, c’est un dialogue qui se noue, ce fut le cas hier soir.

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 49
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 50
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 51

Mulatu Atsake est un musicien arrangeur éthiopien né en 1943, père de l’éthio-jazz, musique mariant le jazz, les musiques traditionnelles éthiopiennes, le funk, les musiques latines.  Il tourne depuis quelques années avec un groupe de 8 jeunes musiciens anglais.
La section de cuivre sax-trompette est brillante, la rythmique endiablée. Avec autant d’instruments, il est parfois difficile d’entendre qui fait quoi mais on voyage. Mulatu passe du vibraphone aux percus, dirigeant les musiciens, distribuant la parole. Peut-être un peu effacé, mais ses compositions suffisent à nous rappeler le pedigree de ce grand monsieur.

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 52
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 53
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 54
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 55

L’affiche suivante est alléchante, 2 pionniers qui se font face. Tony Allen, cofondateur de l’afro-beat, rencontre Jeff Mills, figure tutélaire de la techno, aux origines du son de Détroit, base de lancement de cette révolution musicale. Deux musiciens du rythme. Deux générations du « beat ».
Le projet, très rythmique, confronte les machines de l’un à la batterie de l’autre. Le tout arbitré par un musicien aux claviers. Loin de clichés du « boum-boum » techno, la musique est subtile et bien qu’on sente Tony Allen pas forcément concerné par ce Ping Pong, la transe prend et on se laisse entraîner dans les longues plages minimalistes. Le public qui reste (une partie certainement déstabilisée par cette programmation, nous ayant abandonné durant le set) salue ce face à face, peut être un peu clinique ou froid, mais d’une belle liberté.

Après cette soirée, il reste ces échanges, ces passages, ces mélanges. Cette certitude que ce qui fait le jazz, au delà d’une théorie ou d’un solfège, c’est cette liberté. Ces espaces ouverts où du Dixieland au Free, il s’agit de partage et de jeu.

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 56
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 59

Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée !

Deuxième soir du festival, on est bien, on prend le temps…par exemple entre les 2 concerts des soirées de Jazz or Jazz, on boit un verre au bar, on va découvrir l’ exposition des photos de Jean-Pierre Leloir. Ce photographe a capturé des moments de tous les plus grands : Count Basie, Duke Ellington, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Billie Holliday…Des images sur le vif, vives, vivantes qui nous rappellent une fois de plus la vitalité de cette musique.
En observant ces magnifiques clichés, impossible de ne pas faire le lien entre ces photos et l’affiche proposée, des clubs de New York au Cap Vert, des caveaux de Paris à La Havane, le jazz s’est ouvert, élargi. Des musiciens de tous âges, tous horizons l’ont écouté, mélangé à leurs nombreuses influences.

Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 60
photo : Anne Bardas
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 61
photo : Anne Bardas
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 62
Lura et son bassiste le grand Thierry Fanfant photo : Anne bardas

Lura, en première partie, vient du Cap Vert. Née à Lisbonne, elle chante la musique de son île, celle de Cesaria Evora, Mayra Andrade. Ça tourne, la musique danse, elle danse, le public aussi. Elle sait faire participer l’audience. Ça chante, monte sur scène. Son accent, comme sa musique réchauffent la salle. La première chanson du bis et ses airs de Fado nous rappelle son lien à Lisbonne. Comme on dit, « ça joue », Lura et ses musiciens savent « faire le job ». Cette artiste donne avec sincérité ( elle n’a pas hésité à modifier son programme musical pour nous interpréter « Gorée » , suite à un joli échange avec un journaliste quelques heures avant) mais on sort malgré tout en se disant qu’il manque quelque chose, cette petite impression qui fait passer d’un bon concert à un moment unique de musique.

Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 63
Photo : Anne Bardas
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 64
photo : Anne Bardas

Après avoir eu le temps de voir les clichés de Jean Pierre Leloir, Roberto Fonseca, prend place sur la scène.
Le pianiste cubain, ex Buena Vista Social Club, accompagné de 2 brillants musiciens (batterie, basse) promet de la danse, du chant au son de sa musique jazz/cubaine/funk. Et rien à dire, ça marche. Les 3 compères sont de brillants musiciens, précis, virtuoses, inventifs. Le piano/basse/batterie, classique des formations jazz se fait dansant et comme souvent avec le trio, les musiciens s’amusent ensemble, se cherchent, se suivent.
Comme Lura, Fonseca y va de son interaction avec le public et la salle se lève pour chanter. Fin. En ayant passé un bon moment sans être totalement enthousiaste pour ma part.

D’où vient donc cette retenue involontaire … ? Surement pas des influences diverses de ces artistes qui attristeront sans doute les grincheux, pour qui le jazz est une tradition et un sacerdoce, pensant que le festival ne montre « plus vraiment du jazz »…Non, pas de là car on adore ces influences, la musique voyage ! Il reste une impression agréable, de concert abouti mais sans engagement total. Là ou d’autres jouent leur musique comme si chaque concert était unique, on sent comme une retenue, une sensation de maîtrise sans lâcher prise, de belle musique sans corps.

Et si c’était ça ces photos ? Un rappel. Ne pas oublier. La fragilité de Billie, la posture de Miles, le sourire de Count Basie, la délicatesse de Chet. De la musique au corps, du musicien à la légende.

Le festival Jazz or jazz est lancé ! 65

Le festival Jazz or jazz est lancé !

Jazz or jazz ? Jazz ou jazz ? Quel Jazz ? LE Jazz !

Le festival Jazz or jazz est de retour à la scène nationale jusqu’à samedi soir, et la première soirée avait lieu hier.

Le festival Jazz or jazz est lancé ! 66
crédit photo : Dean Bennici

Le quintet de l’accordéoniste Vincent Peirani ouvrait le bal. Ces 5 musiciens (dont Emile Parisien au saxo soprano ♥︎) sont à l’image de cette génération, ouverte à toutes les influences, rock, jazz, classique, pas de complexe. Et ça marche ! Le motif de l’accordéon est rejoint par le piano électrique, la basse et la batterie s’invitent, le saxo se déchaine. Ca monte, ça monte, le plaisir de les écouter et de les regarder aussi. On en voudrait encore mais la soirée et le festival ne font que commencer…

Dhafer Youssef fait ensuite son entrée, ce musicien d’origine tunisienne a intégré les techniques vocales orientales et du oud (cette guitare arabisante) à son jazz. Sa voix magique, dansant avec les nappes de guitares nous installe dans une atmosphère aérienne, invitation au voyage. Au fil du concert, la mayonnaise ne prend pas totalement, le rythme s’accélérant, on reste collé au siège sans totalement décoller avec ces 4 musiciens de talent.

Le temps d’atterrir, et il nous reste en tête une première soirée ouverte au monde, aux générations, aux styles et le sentiment que le festival perpétue son objectif : nous donner à voir cette musique qui vit, voyage, se mêle et se renouvelle constamment.

La suite ce soir avec un envol vers le Cap Vert le Lura et le trio de Roberto Fonseca !

Le festival Jazz or jazz est lancé ! 69

infos : https://www.jazzorjazz.fr/

Item added to cart.
0 items - 0,00