Soirée Afrocubaine : la température est montée à Jazz or jazz !

24 heures de repos et c’est l’heure d’y retourner !

Après la nouvelle scène jazz européenne et la carte blanche à Théo Ceccaldi mercredi, Jazz or Jazz faisait place jeudi à la chaleur et aux rythmes afro-cubains.

Coup de coeur du programmateur Stéphane Kochoyan, la Dame Blanche ouvrait le bal. Fille du directeur musical du Buena Vista Social Club, cette artiste cubaine baigne dans la musique depuis son plus jeune âge. Les lumières s’éteignent … Et la Dame Blanche fait son apparition, casquette vissée sur la tête et cigare aux lèvres. La Havane, le décor est planté ! Entre cumbia, reggae, hip-hop, les influences de la chanteuse-flûtiste se croisent : la tradition cubaine nourrie des musiques urbaines. En prêtresse-rappeuse, la Dame ondule, chante et nous emmèbe dans les rues du Cuba, celles d’aujourd’hui, pas de cartes postales. Dommage que la sonorisation un peu trop agressive et manquant de subtilité ne permette de se laisser emporter totalement …

Après une pause, le groupe de Richard Bona prend possession de la scène. Section de cuivre, percus, piano, c’est un véritable orchestre de club cubain ! Le chanteur-bassiste d’origine camerounaise croise depuis quelques années son timbre de voix chaud et velouté avec la fièvre des musiques cubaines. Le groove afro de sa basse, les timbres brillants des cuivres, le rythme endiablé du groupe, la terme « afro-cubain » n’a jamais mieux porté son nom. En les écoutant, il ne s’agit plus de mariage, de fusion mais de retour aux sources. Amenées (de force ou de gré) par l’Histoire d’une rive à l’autre, de l’Afrique aux Caraïbes, la parenté de ces musiques est une évidence.

Entre musique et bons mots, Bona sait mettre le public dans sa poche. C’est peut-être un peu trop parfois, un peu facile par moments, mais l’on est ravi et quand la tempo monte, le public se lève et ne peut s’empêcher de danser. Le job est fait ! Ne reste plus qu’à raccompagner l’audience en finissant seul avec sa voix et sa basse !

Crédit photos : Stéphane Denis

Expatriée Orléanaise engagée dans la promotion du dynamisme culturel , sportif and co de cette chère ville ... Car quelques fois il suffit d'ouvrir un peu ses oreilles et ses yeux pour faire des infidélités agréables à son canapé :) - Accesoirement kiné débordée et débordante , addict -

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.