Actualités

Serge Grouard, a été élu, samedi, 55ème maire d’Orléans.

Sans surprise, Serge Grouard, a été élu maire de la Cité Johannique, hier matin, lors d’un conseil municipal et qui avait lieu, COVID-19 oblige, au Palais des Sports, lieu inhabituel pour une telle instance.

On l’a vu. Serge Grouard est passé par de multiples émotions, lors du conseil municipal qui l’a intronisé Maire d’Orléans. La fierté, au moment du vote et de l’officialisation de sa victoire, par la remise de son écharpe tricolore officielle, par Jean-Paul Imbault, doyen du conseil et qui présidait la première partie de la séance.

L’humilité, devant les défis qui s’annoncent. Autorité naturelle quand il s’est agit de demander aux photographes de presse de bien vouloir quitter le devant de la scène juste avant son discours d’intronisation. Calme et à l’écoute lors des propos de l’opposition. Mais il aura, aussi, parfois, été incisif, même si ce ne fut pas de manière directe, comme au moment de citer Kundera, en parlant de la mémoire. « Sans mémoire, pas de fidélité, pas d’amitié, pas de confiance. L’amnésie autorise toutes les trahisons. Il reste alors la honte dans un recoin de la conscience« , déclarait, ainsi, t-il, dans son premier discours de maire, version 2020.

Serge Grouard, a été élu, samedi, 55ème maire d'Orléans. 2
Olivier Carré, démissionnaire dimanche dernier, était le grand absent du conseil municipal, hier.

On peut légitimement penser que ses mots étaient adressés à Olivier Carré, son prédécesseur, qui a démissionné, dimanche dernier, avant même les résultats proclamés, conscient de la défaite annoncée. Un Olivier Carré qui avait été fait maire par ce même Serge Grouard, en 2015, et qui deviendra un ennemi lors de cette campagne municipale « d’une dureté inouïe sur l’indignité de certains propos« , pour reprendre les mots du maire. Et même s’il adressait ces quelques phrases aux orléanais, on ne peut s’empêcher de croire que le fond de sa pensée était destinée à son ancien compagnon d’armes et ami à la mairie.

Serge Grouard a aussi dit son envie et son ambition d’œuvrer au plus vite pour les orléanais. « Dès lundi, nous allons engager les premières mesures de notre plan d’urgence […]. Il faut agir vite. Nous agissons immédiatement » ne manquera-pas-t-il de souligner. Dominique Tripet, à la tête bicéphale (comme l’annonçait nos confrères de Mag’Centre vendredi), avec Jean-Philippe Grand, du groupe d’opposition « Le Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes », n’a pas manqué de rappeler, dès ce premier conseil municipal, Serge Grouard à ses engagements : « Vous l’avez dit, il faut agir vite« , entamait l’élu communiste. « Car l’urgence est dès le 11 juillet prochain. Les expulsions locatives vont reprendre et cela est inacceptable voir insupportable » continuait-elle. « La loi stipule qu’il ne peut y avoir d’expulsion sans relogement immédiat« , et de proposer à Serge Grouard de prendre « un arrêté anti-expulsion sans relogement immédiat » même si elle sait, et elle le précisera que « la mesure peut être retoquée par le tribunal ». Pour elle, ce serait « un signal fort » envoyé par le Maire. Lui, qui a les orléanais au cœur, osera-t-il aller dans ce sens ?

Serge Grouard, a été élu, samedi, 55ème maire d'Orléans. 3
Chef de file de l’opposition avec Dominique Tripet, Jean Philippe Grand s’est montré cordial mais vigilant.

Et si Dominique Tripet est vigilante, il en est de même pour Jean-Philippe Grand (EELV) qui mettait le doigt, lors de sa prise de parole, sur l’abstention record lors de cette élection, rappelant là au maire qu’il a été élu par qu’une infime partie des électeurs. « Cela doit nous interroger et nous obliger à revoir notre rapport au citoyen« , utilisant là les mêmes propos qu’il avait pu nous confier au soir de la défaite, rappelant la difficulté et surtout l’incapacité de son partie, de convaincre les classes populaires. « Nous nous sommes coupés de personnes qui ne voient pas l’importance de notre rôle d’élu.e.s pour améliorer leur vie quotidienne » continuait-il. Mais il rappelait aussi à Serge Grouard qu’il « a beaucoup promis » et notamment en matière d’environnement au sens large, un domaine cher à l’élu écologiste. « Nous serons vigilants sur l’application de vos engagements qui vont dans le sens du progrès environnemental et sociétal » précisait-il.

Autre intervenant, Baptiste Chapuis (PS), a proposé à Serge Grouard de « rédiger une charte de l’élu orléanais qui viendrait compléter celle de l’élu local ». Elle pourrait, selon Baptiste Chapuis, « évoquer les questions d’éthique et de transparence en se basant sur les travaux de l’association Anticor, éviter les conflits d’intérêt, sensibiliser sur le harcèlement moral et sexuel entre élus et vis à vis des agents de la ville« . Le « nouveau » maire a proposé à l’élu socialiste un temps de travail à ce sujet, se disant sensible aux propos.

Enfin, Olivier Geffroy a précisé que son groupe serait dans la minorité mais pas dans l’opposition. L’ancien élu de la majorité sous Olivier Carré mais surtout ancien patron LR du Loiret qui avait démissionné de ce poste suite au choix de son parti de placer celui qui deviendra maire hier, comme candidat, préférant donc par commencer à enterrer la hache de guerre.

Serge Grouard prend donc les rênes d’Orléans et c’est son compagnon de toujours, Florent Montillot, qui devient premier adjoint chargé de la Santé, de la Sécurité, de la Prévention et de l’Université. Une « super » délégation pour mener à bien les grands axes définis dans la campagne.

Serge Grouard, a été élu, samedi, 55ème maire d'Orléans. 4
Gros portefeuille pour le premier adjoint, chargé de mener à bien la politique voulue par Serge Grouard

Rendez vous désormais le 17 juillet prochain, pour le prochain conseil municipal.

Vous trouverez la liste complète des adjoints en suivant ce lien

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer