Cinéma

Le Festival de Cannes 1939 à Orléans, un hommage à la hauteur

« Le 1er Septembre 1939 devait s’ouvrir le premier Festival International du Film à Cannes. Le ministre de l’Education Nationale et des Beaux-Arts, Jean Zay, avait œuvré pour que cette manifestation cinématographique de grande ampleur s’impose, réunissant les films des « nations libres » face au fascisme. Le déclenchement de la guerre imposa son annulation brutale. 80 ans après, cette première édition fondatrice revit à Orléans, la ville de Jean Zay. »

Le Festival de Cannes 1939 à Orléans, un hommage à la hauteur 2

Un programme complet a été proposé au public durant toute cette semaine : les films que la compétition officielle du premier festival de Cannes devait accueillir, des films hors-compétitions, des leçons de cinéma, des rencontres, des lectures, et même un concours d’éloquence, gagné par Younes Boukalkha. Un maître de cérémonie, Alex Lutz, qui a su ouvrir le festival et animer la cérémonie de remise des prix avec simplicité et humour.

Le Festival de Cannes 1939 à Orléans, un hommage à la hauteur 3

De nombreux prix ont été remis, en voici les vainqueurs.

Les lycéens ont décerné des prix aux films suivants : « Mr Smith au Sénat », de Franck Capra, « L’Enfer des anges », de Christian-Jaque et « Le Magicien d’Oz », de Victor Flemming.

Les amis de Jean Zay ont remis un prix à des lycéens suivant l’option cinéma audiovisuel, pour leur implication dans leur projet.

Le Festival de Cannes 1939 à Orléans, un hommage à la hauteur 8

Le prix du public est décerné à « Pacific Express », de Cecil B. DeMille.

S’ensuit la remise des prix de la sélection officielle par le jury du festival, présidé par Amos Gitaï. Alex Lutz précise que, le festival ayant lieu 80 ans après, il n’est parfois pas possible de décerner de prix directement aux personnes concernées, les prix iront donc aux centres culturels des pays lauréats.

Le Festival de Cannes 1939 à Orléans, un hommage à la hauteur 9

Mention historique du jury : « La Grande Solution », de Hugo Haas

Prix de l’innovation technique : « Le Magicien d’Oz », de Victor Flemming

Prix du scénario : « Mademoiselle et son bébé », de Garson Kanin

Prix du jury : « L’Enfer des anges », de Christian-Jaque

Prix de l’interprétation masculine : James Stewart (dans « Mr Smith au Sénat ») et Harry Baur (dans « L’homme du Niger » de Jacques de Baroncelli), ex aequo

Prix de l’interprétation féminine : Irene Dunne (dans « Elle et Lui », de Leo MacCarey) et Marina Ladynina (dans « Les Tractoristes », d’Ivan Pyriev), ex aequo

Prix de la mise en scène : Leo MacCarey pour « Elle et Lui »

Prix spécial de Cannes 1939 : « Alexandre Nevski » de Sergueï Eisenstein, bien qu’il soit hors compétition.

Grand prix Jean Zay : « Mr Smith au Sénat », de Franck Capra

Des petites anecdotes émouvantes (lorsque le fils du scénariste de « L’Enfer des Anges », bouleversé, est venu chercher le prix au nom de son « petit papa », qui aurait eu 119 ans dimanche 17 Novembre), des loupés (extraits vidéos où n’apparaissent pas les lauréats des prix d’interprétations masculine et féminine), de jolis discours, une pointe d’humour (Alex Lutz : « Moi je trouve ça bien qu’il y ait des huées car ça fait un vrai truc de festival important et tout ça »), un pied de micro cassé, des extraits vidéos qui donnent envie de se (re)plonger dans les vieux films.

Le Festival de Cannes 1939 à Orléans, un hommage à la hauteur 14

Bref, une soirée de cérémonie de remise des prix et un festival réussi. Bravo à tous !

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page