culture

[NATIONAL, J12] Orléans arrache le nul

On s’attendait à un match serré. Un duel entre prétendants aux trois strapontins qui enverront les heureux élus en ligue 2. Au final, on n’aura était que partiellement déçu. Car si le duel fut là, âpre, tendu, toujours à la limite sans jamais la dépasser, il aura manqué un tantinet de spectacle. Une étincelle, un éclair venu transpercer la nuit pluvieuse du vieux stade de la Source.

Mais dans une première mi-temps complètement dominée par l’US Orléans, les fréjusiens ne savaient répondre que par une multiplication de fautes comme s’ils avouaient d’entrée leur impuissance. Pour preuve, cette scène surréaliste de Deneuve, jouant la montre à la ….10e minute lui valant une salve de sifflets d’un public orléanais pour le moins mécontent.

Orléans jouait et étouffait son adversaire par un pressing constant, harcelant. Fréjus n’avait pas le temps de respirer qu’un orléanais était déjà sur lui prêt à disputer le ballon. Les relances étaient alors approximatives et les seuls moyens de s’en sortir, le contre et les coups de pied arrêtés. Et c’est sur l’un d’eux que Scarpelli aurait pu ouvrir le score. Héritant d’un ballon bien donné par Kone, il se retrouvait seul devant le gardien, tergiversait se croyant sans doute hors-jeu et ne pouvait concrétiser (33e). C’était là la seule et unique action de Fréjus dans cette première mi-temps. Durant ce temps, Orléans avait par Louisy Daniel de la tête (8e) ou sur une frappe (14e) bien captée par Deneuve échoué dans son entreprise d’une ouverture du score rapide. Ce même Louisy Daniel qui reprenait un coup franc frappé fort par Puyo mais Deneuve sortait la balle d’une claquette autant spectaculaire que magnifique (26e)

Frejus avait rempli son premier contrat. Rentrer aux vestiaires sans prendre de buts. L’espoir leur était alors permis pour la seconde période. Le match se tendait. Les duels devenaient de plus en plus durs au point où M. Esneu devait sortir les cartons. Orléans avait repris petitement s’en remettant à la frappe de Puyo qui de 35m adressait un tir flottant que Deneuve ne pouvait que regarder filer juste au-dessus (62e). Alors Frejus continuait d’attendre, tapi en défense, pour mieux contrer. Sur l’un d’eux Orinel partait seul, débordait côté gauche pour d’un frappe croisée, tromper Renault (1-0, 65e). Cela faisait 678 minutes que l’USO n’avait pas pris de but. Fréjus tenait son exploit. Orléans continuait de pousser toujours plus fort mais toujours sans succès. Et puis au bout du temps réglementaire Puyo mettait une nouvelle balle dans le paquet, Ligoule reprenait d’une demi-volée bien sentie et le ballon allait mourir dans le petit filet frejusien. Orléans était revenu au terme d’un bel effort. Le nul était logique. Les deux prétendants s’étaient neutralisés.

Orléans (Stade de la Source). Orléans et Frejus 1-1 (0-0). Arbitre : M Esneu assisté de MM. Jouanneau et Drouet.

Buts : pour Orléans : Ligoule (90e) ; pour Frejus : Orinel (65e),

Avertissements : A Frejus : Loriot (44e), Cirilli (74e), Orinel (89e)

Le foot et les autres sports sur twitter : reisgreg

Les statistiques après 12 journées

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page