Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 1

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d’audace !

La musique se mêle à ces rencontres, voyage, s’enrichit au cours de son histoire. Jazz or Jazz veut nous en donner la preuve, cette musique est vivante, évolue, bouge, s’ouvre ! D’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, d’une influence à l’autre.
Il est aussi de ces mariages qui se font entre générations, quand des musiciens d’âges différents se retrouvent pour partager leurs musiques. Au-delà d’un passage de témoin, c’est un dialogue qui se noue, ce fut le cas hier soir.

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 2
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 3
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 4

Mulatu Atsake est un musicien arrangeur éthiopien né en 1943, père de l’éthio-jazz, musique mariant le jazz, les musiques traditionnelles éthiopiennes, le funk, les musiques latines.  Il tourne depuis quelques années avec un groupe de 8 jeunes musiciens anglais.
La section de cuivre sax-trompette est brillante, la rythmique endiablée. Avec autant d’instruments, il est parfois difficile d’entendre qui fait quoi mais on voyage. Mulatu passe du vibraphone aux percus, dirigeant les musiciens, distribuant la parole. Peut-être un peu effacé, mais ses compositions suffisent à nous rappeler le pedigree de ce grand monsieur.

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 5
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 6
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 7
Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 8

L’affiche suivante est alléchante, 2 pionniers qui se font face. Tony Allen, cofondateur de l’afro-beat, rencontre Jeff Mills, figure tutélaire de la techno, aux origines du son de Détroit, base de lancement de cette révolution musicale. Deux musiciens du rythme. Deux générations du « beat ».
Le projet, très rythmique, confronte les machines de l’un à la batterie de l’autre. Le tout arbitré par un musicien aux claviers. Loin de clichés du « boum-boum » techno, la musique est subtile et bien qu’on sente Tony Allen pas forcément concerné par ce Ping Pong, la transe prend et on se laisse entraîner dans les longues plages minimalistes. Le public qui reste (une partie certainement déstabilisée par cette programmation, nous ayant abandonné durant le set) salue ce face à face, peut être un peu clinique ou froid, mais d’une belle liberté.

Après cette soirée, il reste ces échanges, ces passages, ces mélanges. Cette certitude que ce qui fait le jazz, au delà d’une théorie ou d’un solfège, c’est cette liberté. Ces espaces ouverts où du Dixieland au Free, il s’agit de partage et de jeu.

Jazz or jazz J3 : soirée pleine d'audace ! 9
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 12

Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée !

Deuxième soir du festival, on est bien, on prend le temps…par exemple entre les 2 concerts des soirées de Jazz or Jazz, on boit un verre au bar, on va découvrir l’ exposition des photos de Jean-Pierre Leloir. Ce photographe a capturé des moments de tous les plus grands : Count Basie, Duke Ellington, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Billie Holliday…Des images sur le vif, vives, vivantes qui nous rappellent une fois de plus la vitalité de cette musique.
En observant ces magnifiques clichés, impossible de ne pas faire le lien entre ces photos et l’affiche proposée, des clubs de New York au Cap Vert, des caveaux de Paris à La Havane, le jazz s’est ouvert, élargi. Des musiciens de tous âges, tous horizons l’ont écouté, mélangé à leurs nombreuses influences.

Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 13
photo : Anne Bardas
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 14
photo : Anne Bardas
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 15
Lura et son bassiste le grand Thierry Fanfant photo : Anne bardas

Lura, en première partie, vient du Cap Vert. Née à Lisbonne, elle chante la musique de son île, celle de Cesaria Evora, Mayra Andrade. Ça tourne, la musique danse, elle danse, le public aussi. Elle sait faire participer l’audience. Ça chante, monte sur scène. Son accent, comme sa musique réchauffent la salle. La première chanson du bis et ses airs de Fado nous rappelle son lien à Lisbonne. Comme on dit, « ça joue », Lura et ses musiciens savent « faire le job ». Cette artiste donne avec sincérité ( elle n’a pas hésité à modifier son programme musical pour nous interpréter « Gorée » , suite à un joli échange avec un journaliste quelques heures avant) mais on sort malgré tout en se disant qu’il manque quelque chose, cette petite impression qui fait passer d’un bon concert à un moment unique de musique.

Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 16
Photo : Anne Bardas
Jazz or jazz : chaude ambiance pour la 2e soirée ! 17
photo : Anne Bardas

Après avoir eu le temps de voir les clichés de Jean Pierre Leloir, Roberto Fonseca, prend place sur la scène.
Le pianiste cubain, ex Buena Vista Social Club, accompagné de 2 brillants musiciens (batterie, basse) promet de la danse, du chant au son de sa musique jazz/cubaine/funk. Et rien à dire, ça marche. Les 3 compères sont de brillants musiciens, précis, virtuoses, inventifs. Le piano/basse/batterie, classique des formations jazz se fait dansant et comme souvent avec le trio, les musiciens s’amusent ensemble, se cherchent, se suivent.
Comme Lura, Fonseca y va de son interaction avec le public et la salle se lève pour chanter. Fin. En ayant passé un bon moment sans être totalement enthousiaste pour ma part.

D’où vient donc cette retenue involontaire … ? Surement pas des influences diverses de ces artistes qui attristeront sans doute les grincheux, pour qui le jazz est une tradition et un sacerdoce, pensant que le festival ne montre « plus vraiment du jazz »…Non, pas de là car on adore ces influences, la musique voyage ! Il reste une impression agréable, de concert abouti mais sans engagement total. Là ou d’autres jouent leur musique comme si chaque concert était unique, on sent comme une retenue, une sensation de maîtrise sans lâcher prise, de belle musique sans corps.

Et si c’était ça ces photos ? Un rappel. Ne pas oublier. La fragilité de Billie, la posture de Miles, le sourire de Count Basie, la délicatesse de Chet. De la musique au corps, du musicien à la légende.

Jazz or Jazz 2019, met le cap sur l'Afrique 18

Jazz or Jazz 2019, met le cap sur l’Afrique

🎷 Le Festival JAZZ or JAZZ organisé par La Scène nationale d’Orléans revient du 09 au 13 avril 2019, la billetterie est ouverte depuis le vendredi 18 janvier.

➡️ Pour cette 4ème édition, la programmation révélée ce matin se veut moderne et actuelle. L’AFRO-JAZZ, un jazz venu d’ailleurs aux sonorités cubaines, tunisiennes, cap-verdiennes, éthiopiennes et maliennes va côtoyer le meilleur du jazz français et européen.

Vous pourrez retrouver sur scène :

🎷 Salle Vitez – JAZZ MIGRATION à 18h : PALACIO, HOUSE of ECHO, MELUSINE, THREE DAYS of FOREST et NO TONGUES.

🎷 Salle Touchard – UNE SOIRÉE, DEUX CONCERTS à 20h :
Vincent PEIRANI, Dhafer YOUSSEF, LURA, Roberto FONSECA III, Mulatu ASTATKE, Tony ALLEN/Jeff MILLS, Thomas de POURQUERY, Erik TRUFFAZ QUARTET feat. NYA, UMLAUT BIG BAND et Salif KEÏTA pour sa tournée d’adieux.

Les nouveautés

➡️ SAVEURS JAZZ : pendant les 5 midis du festival, le Bar d’Entracte vous propose d’assister à des conférences sur le jazz tout en profitant de la carte et de sa déclinaison de planches (pas besoin de réserver).

➡️ Le PASS 5 CONCERTS : en achetant en une seule fois vos places pour les 5 concerts de la salle Touchard, vous bénéficiez d’un tarif préférentiel + vous devenez abonné de la Scène Nationale d’Orléans pour la fin de la saison 2018-19.

Samedi 13 avril, retrouvez de 15h à 18h, TREMPLIN JAZZ destiné aux jeunes formations de la région mais aussi l’incontournable BAL SWING dès 23h dans le hall du théâtre.

Comment réserver vos places ?

Un petit aperçu en musique

https://open.spotify.com/playlist/2oWXlvNbULmfVGcDMtUF3X

Jazz or Jazz 2018 est lancé ! 34

Jazz or Jazz 2018 est lancé !

Il est des traditions qu’il ne faudrait pas manquer ! À l’aube du printemps, les beaux jours reviennent, les terrasses d’Orléans se remplissent et Jazz Or Jazz réapparait ! Le festival qui se tient dorénavant au théâtre a trouvé son rythme de croisière et l’annonce du programme de cette édition, qui si tendra du mardi 24 au samedi 28 avril, a eu lieu mercredi. Et comme d’habitude le menu se révèle délicieux !

Pendant ces 4 journées, il y en aura pour toutes les oreilles, toutes les sensibilités, toutes les heures. De 15h à 18h dans le hall, vous pourrez retrouver les groupes séléctionnés pour le « jazz migration », dispositif d’aide aux jeunes musiciens prometteurs. Balladez vous à l ‘étage où Daniel Humair, peintre et batteur reconnu depuis bien longtemps ,et Francis Paudras, photographe, exposeront. Salles Touchard et Barrault, accueilleront les concerts en soirée. Entre valeurs sures, nouvelles pousses, tradition, dynamitage des règles, il y en aura pour tous les goûts. En voici une mise en bouche :

Mardi 24 avril

Jazz or Jazz 2018 est lancé ! 35

20h — Vittez

United Colors of Mediterannée : Emmené par le saxophoniste Orléanais Serge Taïeb, le groupe emporte le public dans un voyage sur tous les rivages du bassin méditerannéen.

Mercredi 25 avril

20h — Touchard

Kyle Eastwood : Pas que fils de, le bassiste américain s’affirme de plus en plus comme leader. Accompagné du saxophoniste Stephano Di Battista, il propose un jazz ancré dans son époque avec ses accents européens et groove.

Monty Alexander : Le pianiste écume les scènes du monde depuis plus de 20 ans. Groove sautillant, harmonies blues, ses influences font la part belle à ses 2 pays d’origine, le jazz américain et la Jamaïque.

20h30 — Barrault

Théo Ceccaldi & guests : le jeune artiste Orléanais enchaine les récompenses, révélation de l’année aux victoires 2017, artiste de l’année en 2018 ! Le festival l’invite une soirée à partager la scène avec les musiciens de son choix. Et le plaisir sera triple ! Duo, trio et quartet. Une musique libre, ouverte, pour une soirée entre amis.

Jeudi 26 avril

20h — Touchard

La Dame Blanche : Repérée par Sergent Garcia, sa voix suave se ballade sur des rythmiques hip hop, Cumbria, reggae, soirée caliente en vue …

Richard Bona : Une voix … La voix de Richard Bona rappelle l’Afrique aux premières notes : suave, veloutée … Le chanteur-bassiste la marie aux mélodies cubaines entendues avec le Buena Vista Social Club par exemple. L’essence même des rythmes afro-cubains, une évidence …

20h30 — Barrault

Régis Huby a réuni autour de lui un grand ensemble de 15 musiciens, mêlant musique classique, jazz, pop, improvisation,The Ellipse propose une musique inclassable, de son temps et en prise avec l’instant.

Vendredi 27 avril

20h — Touchard

Lagniape : « petit cadeau » en cajun, Lagniape berce le quotidien des habitants de la petite soeur de Nouvelle-Orléans. La fanfare joue dans la plus pure tradition de la ville pour les mariages, les enterrements lors de parades traditionnelles.

Lucky Peterson : Guitariste bluesman que l’on ne présente plus, Lucky Peterson maîtrise également l’orgue, pour lequel il vient de lancer son nouveau projet. Il y rend hommage au maître de l’instrument, légende de la soul et du jazz, Jimmy Smith.

20h30 — Barrault

ONJ : Ils étaient venus l’an dernier pour présenter Oslo, programme composé autour de la ville suédoise. On avait été conquis par ces paysages sonores blanc, immaculés, urbains … ! Ils reviennent cette année en continuant leur tour du monde , invitant des musiciens de Chicago, pour une ballade sonique dans la ville américaine.

The sync : Flute, Piano, Violoncelle, Batterie. Les timbres s’entrechoquent, se mêlent, se caressent, se répondent. Une musique aventureuse et ouverte.

Samedi 28 avril

Jazz or Jazz 2018 est lancé ! 40
Jazz or Jazz 2018 est lancé ! 41

20h — Touchard

Goran Bregovic : Il était déjà venu au Campo Santo et avait tout emporté !! La musique de Goran Bregovic est celle des fêtes, de toutes les fêtes. Avec son orchestre des mariages et des enterrements, il diffuse une musique de toutes les gaités, de toutes les tristesses. Une musique généreuse et populaire, celle d’un peuple tzigane matinée de rock, de punk, de reggae. De vie !

20h30 — Barrault

Christian Mc Bride : 6 grammy awards pour ce grand du jazz. Il mène son big band de 20 musiciens vers le swing, mais un swing complexe et riche.

22h — Hall

Bal New Orleans : Charleston, Lindy hop … La fièvre des samedis soir de la Nouvelle-Orleans s’empare du théâtre. 2 DJs prendront la suite pour vous faire danser et fêter cette célébration de tous les jazz.

Jazz or Jazz 2018 est lancé ! 42

Le festival Jazz or Jazz lancé ! " Les tribulations d'une apprentie mélomane " 43

Le festival Jazz or Jazz lancé !  » Les tribulations d’une apprentie mélomane « 

Après 2 mois et demi d’attente depuis l’ouverture de la billetterie le 2 février, on y est il est enfin là : Jazz or Jazz a débuté aujourd’hui  ! Le premier tremplin de jazz à 12H30 a inauguré la toute première édition de Jazz or Jazz qui nous propose concerts , expositions et bal durant les 5 prochains jours !

image.jpeg

« Pour Info à Orléans » a le grand plaisir d’être présent pour l’événement et c’est moi Aurélie qui aurai la noble tache de vous prêter mes yeux, mes oreilles, mon coeur ( pourvu qu’il viiiiiibre et s’émoustille de 1000 façons ! ) durant les 5 jours sur l’évènement. Vous retrouverez le festival quotidiennement dans une petite chronique qui se voudra subjective et loin des analyses musicales ardues, pointues des exégèses du jazz.  Je laisse ce beau travail aux professionnels ; vous trouverez facilement matière à lire dans les magazines spécialisés .

Pour ma part néophyte et non initiée,  mon angle d’écriture sera celui d’une jeune femme orléanaise sensible à la musique et curieuse de découvrir cet univers, ce festival en toute modestie .

image004

Première soirée avec Mélodie Gardot, je vous laisse j’ai concert … 🙂

Jazz or Jazz : les dernières infos sur le nouveau festival de jazz d'Orléans 44

Jazz or Jazz : les dernières infos sur le nouveau festival de jazz d’Orléans

Après l’annonce officielle de sa programmation la semaine dernière, le nouveau festival de jazz d’Orléans : « Jazz or Jazz », accueilli par la Scène Nationale du 13 au 17 avril, ouvre sa billetterie, ce mardi 2 février à partir de 13h.

Durant 4 jours, vous pourrez écouter toutes les sensibilités, toutes les générations de musiciens de jazz dans l’ensemble des salles du théâtre d’Orléans. De grandes têtes d’affiche internationales, la crème de la jeune génération, des after programmés par le collectif orléanais Tricollectif sans oublier le tremplin d’Ojazz tous les midis et 4 expositions de photographies et peintures… chacun pourra trouver de quoi se rafraîchir les oreilles et les yeux !

Dans la Salle Touchard
4 grands artistes internationaux


Melody Gardot
: Une musique pleine de swing, entre blues, jazz et r’n’b. La voix de cette artiste à l’histoire surprenante ne peut
laisser personne indifférent. Après un deuxième passage à l’Olympia, elle termine sa tournée européenne à Orléans.

Jan Garbarek Group featuring Trilok Gurtu : Tête de proue du label ECM, Jan Garbarek incarne une des facettes du jazz europée depuis les années 1970-1980. Il sera accompagné de Trilok Gurtu, grand maître de la musique indienne. Un dialogue unique entre 2 musiciens d’exception.

Lisa Simone et Rhoda Scott Lady Quartet : Fille de … mais pas que ! Lisa Simone a pris le temps de se faire un prénom. Entre jazz et soul, Lisa Simone promet de nous offrir à Orléans un véritable feu d’artifice, avec une présence scénique et une sensualité incroyable. En première partie, Rhoda Scott Lady Quartet, à la configuration plutôt inédite, orgue, batterie et deux saxophones, lancera cette soirée entièrement consacrée au jazz féminin.

Kenny Garrett : Le saxophoniste a 11 albums à son actif dont beaucoup ont été nominés aux Grammy Awards. Il est considéré comme l’un des meilleurs souffleurs de la jazzosphère contemporaine. Kenny Garrett est le dernier altiste à avoir soufflé aux côtés du grand Miles Davis, qui le décrivait comme le saxophoniste l’ayant le plus impressionné depuis un certain John Coltrane …

 

Dans la salle Barrault
la fine fleur de la nouvelle génération française

Théo Ceccaldi : On ne présente plus ce talentueux violoniste orléanais en pleine ascension. Proposant une musique communicative dans ses explosions comme dans ses plus intimes nuances, le projet Freaks, qu’il présentera est une création originale pour le festival Jazz or jazz (Orléans 2016).

Eve Risser White Desert Orchestra : Ayant pratiqué les musiques allant du jazz à la musique contemporaine, Eve Risser évoque sa fascination pour les grands espaces apparemment vides et pour la magie libérée par le froid, la glace et la poésie de l’hiver.

Orchestre National de Jazz / Olivier Benoit et Alexandra Grimal : À la tête de l’Orchestre National de Jazz, Olivier Benoit a entrepris un tour de capitales européennes. Après Paris et avant Rome, dans Europa Berlin, le compositeur nous donne la pleine mesure de son talent, dans un savant alliage d’univers musicaux, entre musique contemporaine et minimaliste, jazz, rock et électro. En première partie, Alexandra Grimal, saxophoniste et compositrice en résidence à la Scène nationale d’Orléans, nous donnera, en création, son trio kankū.

Sclavis-Portal – Texier-Marguet – Le Querrec : Présents avec brio sur la scène jazz française depuis plusieurs décennies, ces musiciens sont les grands frères célèbres de ceux qui sont présentés pour Jazz or jazz au Théâtre d’Orléans, salle Barrault durant les trois jours précédents. L’œil de l’éléphant est un spectacle unique mêlant rétrospective photographique et improvisation jazz pour mettre en lumière les synergies entre les deux compositions.

 

Dans la salle Vitez
le Tricollectif nous propose des after

Des after avec des artistes qui vont au bout de cette démarche de recherche (pour un public de passionnés qui souhaitent prolonger les soirées)

Will Guthrie : Batteur/percussionnistes qui martèle l’espace sonore des musiques expérimentales de par le globe, avec son approche brute et pourtant érudite de l’instrument, on oublie la technique, on écoute la musique !

Mats Gustafsson : Le génial saxophoniste suédois est l’un des musiciens de la scène free les plus importants de ces vingt dernières années.

Jozef Dumoulin : Lorsque l’on se réfère à Jozef Dumoulin, on le décrit souvent comme un sorcier du piano, un magicien des claviers. On dit de sa musique qu’elle se construit comme un mix subtil entre émotion et expérimentation.

Luis Lopes : Ce guitariste est un enfant terrible du blues. Dans les improvisations qu’il développe, il puise sans complexe dans les racines du jazz et du rock.

Bal le samedi soir avec The Magic Shookheads

Animés d’un esprit de purisme sans concessions, ces six musiciens originaires de Montpellier et Perpignan font revivre le répertoire des génies du siècle dernier tels que Duke Ellington, Jelly Roll Morton, Bix Beiderbecke et bien d’autres. Venez passer un moment convivial et vous essayer à quelques pas de danse avec des danseurs de rock acrobatique. C’est samedi, tout est permis !

The_Magic_Shookheads_2∏DR


Comment se procurer des places ?

  • Sur le site www.jazzorjazz.fr à partir du mardi 2 février 13h
  • Par téléphone 02 38 62 75 30 du mardi au samedi, de 14h à 19h
  • Au guichet de la Scène nationale situé au sein du Théâtre d’Orléans du mardi au samedi, de 13h à 19h et les soirs de concerts.

Bonne nouvelle ! Afin de faciliter l’accessibilité du festival Jazz or jazz au plus grand nombre, une modification de tarif a été effectuée. Les conditions du tarif réduit sont maintenant accessibles jusqu’à 30 ans au lieu de 26 ans. De même, le tarif réduit de la salle Barrault initialement prévu à 16 € a été lui aussi réadapté pour être proposé à 14 €.

Jazz_or_jazz_Programme_13-17avril16 Jazz_or_jazz_Tarifs_13-17avril16


Retrouvez toutes les infos sur : 

  • Le site www.jazzorjazz.fr
  • le Facebook de la Scène nationale – Orléans ou sur la page événement Jazz or jazz
Item added to cart.
0 items - 0,00