Maxime, chorégraphe et maître de ballet au Voulez-Vous 1

Maxime, chorégraphe et maître de ballet au Voulez-Vous

Aujourd’hui dans la série Orléans a du talent, découvrons Maxime Courrillaud, chorégraphe et maître de ballet au cabaret Voulez-Vous Orléans

Bonjour Maxime, quel est ton parcours ?

J’ai toujours eu la passion de la danse et c’est un parcours atypique qui m’a amené à ce métier passion. Natif d’Angers, j’ai suivi des études générales tout en faisant de la danse en loisir. J’ai bien essayé à deux reprises de rentrer dans une école mais on me fera comprendre que « je n’ai pas le niveau ». J’obtiendrai une License en tourisme. Mais le virus de la danse était toujours là bien présent, et pendant ma dernière année d’étude, j’en ai profité pour travailler dans des villages vacances avec des professionnels, qui me feront savoir que j’ai un vrai talent et une âme d’artiste. L’envie de m’investir à fond en délaissant le reste me démange, mais mes parents, qui ne m’ont jamais empêché de vivre ma passion, insistent pour que je termine mes études ne serait-ce qu’au cas où il je me blesserais : au moins j’aurais un métier vers lequel me retourner. Diplôme en poche, J’entamerai ma 2eme saison en tant qu’animateur avec des spectacles semi-pro puis je ferai des auditions dans des écoles de danse. Je suis pris pour une première année à Vichy à l’école de danse Pléïades dans laquelle j’obtiendrai l’Examen d’Aptitude Technique (EAT) en Jazz. Cet examen vise à donner une culture chorégraphique, à aborder la danse au travers de son histoire, de son évolution et de ses tendances. Ce sésame m’ouvre les portes de l’Institut National des Arts du Music-Hall au Mans qui propose un cursus de 2 ans de formation en alternance. Mon patron en alternance se trouvera être le Voulez-Vous, c’était il y a 5 ans …

Maxime, chorégraphe et maître de ballet au Voulez-Vous 2

Crédit photo : Olivier Parcollet

Ma seconde année au Voulez-Vous, sera celle du grand bain. Profitant du renouvellement de l’équipe, je serai nommé capitaine (le capitaine est responsable des répétitions de la troupe), je serai titulaire et professionnel par la même occasion. Mais il y a surtout « LA RENCONTRE », celle d’une vie , celle avec le maître des lieux, Laurent Decaves. [ NDR : Ces deux-là se sont trouvés car ils sont fusionnels artistiquement et complémentaires ] J’adore ce concept ou il faut être pluridisciplinaire, je ne voulais pas travailler dans un Music-Hall traditionnel, Laurent fera confiance à la jeunesse car il voulait, pour sa part, un spectacle original, sans l’influence de précédentes expériences.

De par notre volonté d’exigence plus poussée qu’ailleurs, je visualise quasiment tous les spectacles enregistrés en vidéo afin de chercher le moindre défaut et de le corriger lors des débriefings avec les danseurs lors des répétitions suivantes.

Laurent me confiera de plus en plus de responsabilités, notamment sur certaines mises en scènes, certains visuels … Laurent reste le metteur en scène et le directeur artistique mais il me consulte pour avoir mon avis. Avec le 2eme établissement qui s’est ouvert sur Lyon, il y a beaucoup de choses à gérer sur place et Laurent s’appuie de plus en plus sur moi.

Comment gères-tu le spectacle sur le second établissement à Lyon ?

Le cabaret de Lyon a ouvert en 2015. Au commencement, j’y suis allé, j’ai coaché le capitaine puis je lui ai laissé la gestion courante du spectacle E-Motion, l’ancien spectacle présenté sur Orléans.

Chaque spectacle tourne sur une salle pendant 3 ans puis est renouvelé. Actuellement, nous présentons sur Orléans Prophecy qui partira à son tour pour Lyon et qui sera remplacé l’année prochaine par un tout nouveau ayant pour nom Utopia et qui est en finalisation de création.

Comment se déroulera ce passage de témoin pour Prophecy ?

Le capitaine sur place commencera à visualiser le spectacle en vidéo, je lui confierai ensuite un support de travail, un livret chorégraphique avec les intentions de jeu, mais surtout je lui proposerai de venir voir une fois le spectacle intégral à Orléans. Par la suite il va travailler avec son équipe et lorsqu’ils seront prêts, nous iront avec Laurent et Marion, la costumière [NDR : tous les costumes originaux sont réalisés sur mesure], corriger les derniers détails.

Sans dévoiler les secrets d’Utopia, peux-tu nous en dire un peu plus, notamment sur la phase de création ?

Maxime, chorégraphe et maître de ballet au Voulez-Vous 3

Crédit photo : Olivier Parcollet

Pour le nom, c’est Laurent qui l’a trouvé. Au regard de l’écriture, Laurent et moi-même repartons d’une feuille blanche, certaines paroles de chanson sont déjà écrites depuis un an à l’issue d’une fulgurance puis Laurent y met sa musique. Parfois, c’est l’inverse : la musique va donner l’inspiration au thème visuel. Bref, on trouve des bribes d’éléments que l’on développe mais autour d’un fil rouge. Prophecy est à cheval entre Indiana Jones et Avatar, Utopia sera plus souriant, plus léger. Nous nous autorisons à explorer de nouveaux univers …. Les premiers visuels d’Utopia sont présentés sur notre site Internet.

T’arrive-t-il d’aller voir les spectacles d’autres confrères ?

Oui, mais je pense objectivement que nous avons des différences probantes qui rendent notre spectacle vraiment différent. Ici, on danse, c’est réellement une performance physique [NDR : on le voit dès la premier volet du spectacle]

Comment sont recrutés les danseurs ?

Il y a des renouvellements spontanés, mais nous faisons surtout des avis d’auditions via les réseaux sociaux, puis nous réalisons une présélection sur cv qui conduit éventuellement à une audition. Ce qui compte pour le Voulez-Vous, c’est un engagement sérieux et plutôt long terme parce que le danseur doit adhérer au concept et à l’esprit d’équipe. Je suis aujourd’hui quasiment le plus ancien avec Mylène.

Toi qui viens d’Angers et qui a un peu voyagé, que penses-tu d’Orléans ?

Orléans est une très jolie ville avec beaucoup de pierres blanches, construite en bord d’eau comme Angers et sa Maine. C’est une ville historique, culturelle agréable à vivre, mais je pense qu’elle est plus tournée vers les familles, que vers les étudiants.

Merci beaucoup Maxime pour le temps que tu nous a accordé.

Vous pouvez visualiser ci-dessous quelques photos prises au VLV Orléans.
Pour profiter, vous aussi, de ce magnifique spectacle rendez-vous sur :

Site web www.voulez-vous.fr
FB : facebook.com/voulezvousorleans

Histoire de Tongs nous raconte son tour du monde 4

Histoire de Tongs nous raconte son tour du monde

Qui n’a jamais rêvé de partir près ou loin. De tout plaquer pour user ses semelles sur les chemins du monde entier. Astrid Duvillard l’a fait. On l’a rencontré et elle nous a raconté ce qui fait le sel de son existence. Sa passion, sa vie en somme. On a rencontré une vraie personne, avec un cœur gros comme ça, à la fois humble et avec quelque chose de timide. De celle qui ne se met pas en avant. On est reparti avec l’envie d’avoir de ses nouvelles quand elle repartira. Bientôt.

Qu’est-ce qui t’a amené à voyager ?

C’était un rêve depuis toute petite. Je voulais faire le tour du monde. C’était des mots un peu abstrait mais c’était ce que j’avais en tête. Petit à petit je me suis mis à voyager sur des courtes périodes puis sur de plus longues. En 2011, je me suis dit que j’allais mettre de l’argent de côté pour préparer mon départ et en 2013 j’ai tout plaqué et je me suis lancé.

Tu avais quel âge quand tu es partie ?

J’avais 27 ans .

Entre le temps où tu passes du rêve à la réalité, le temps où petite tu te dis je vais faire le tour de ce Globe terrestre en vrai et le départ…

Y a eu des voyages entre. C’était un rêve que je construisais depuis longtemps. Y a eu les voyages courts que je faisais dans l’optique de partir un jour pour de bon. Ca me faisait un peu peur de commencer par quelque chose de grand alors j’ai commencé par des choses plus abordables. Et comme tout c’est bien passé, je me suis dit qu’il n’y avait pas de raison que ça se passe pas bien sur des formats plus longs. J’ai croisé des gens qui partent d’un coup, sans jamais être partis avant. Ils se retrouvent au fin fond de nulle part et ils partent un an, deux ans comme ça, moi je n’aurais pas pu.

Ton idée c’est quoi ? Découvrir des gens ? Des pays ? Je vais aider les populations locales ?

Y a plusieurs choses mais la rencontre, je pense que c’est le point clé du voyage car c’est ce qu’il y a de plus beau, en fait. C’est ce qu’on peut trouver de plus riche sur la route, c’est les personnes qu’on rencontre. J’aime bien aussi, et parce que je fais beaucoup d’auto-Stop, le côté « excitation ». On sait jamais ce qui va se passer, on sait jamais où on va s’arrêter, qui on va rencontrer. Ce côté aventure me plait. Et puis y a une progression personnelle aussi. Ça permet de mieux se connaître. Ca permet de réflechir, de savoir ce vers quoi on veut aller.

Histoire de Tongs nous raconte son tour du monde 5

Bateau Stop dans l’Adriatique (®Histoire de tongs — Astrid Duvillard)

On a réellement jamais peur ?

J’ai eu peur la veille de partir en 2013. J’ai eu peur parce que jamais je n’avais été aussi loin de mes proches et aussi longtemps. C’est comme sauter en parachute ou quelques chose comme ça. Après, on sait que ça se passe bien alors il n’y a pas de raison d’avoir peur . Y a des difficultés mais y a toujours une solution qui apparaît. Les proches ont plus peur que moi alors je donne des nouvelles régulièrement. Ma famille s’inquiète beaucoup par exemple alors je ne veux pas être égoïste et les laisser dans l’inquiétude. Tous les quelques jours j’envoie un petit truc pour leur dire que tout va bien.

En 2013, tu plaques tout. Tu plaques quoi en fait ? Tu faisais quoi ?

Je travaillais à l’ASCA à Saint Jean de Braye pendant six ans au Pont Bordeau. Je suis partie en pleurant car c’était un boulot sur mesure, j’avais des supers collègues qui sont devenus des amis. Mais faut faire des choix.

Tu regrettes parfois ?

Non car je suis épanouie.

Avant de partir, tu as prévu un pécule de départ ? Tu as fait comment pour te dire il me faut ça ?

Au début je pensais partir un an et reprendre le travail à mon retour. Je me suis dit alors que j’aurai besoin de 15 000 euros tout compris avec les avions. En fait j’ai dépensé un peu moins. Et en rentrant je me suis dit que je voulais continuer et que je pouvais dépenser moins.
J’ai un peu monétisé mon blog, de temps en temps j’écris des articles pour d’autres et puis je joue de l’accordéon. Et cela couvre mes frais.

Tu joues de l’accordéon. Tu as des influences particulières ?

Euh non, je fais des morceaux de l’Est, des chants de marin, des valses car j’aime beaucoup.

Histoire de Tongs nous raconte son tour du monde 6

Cappadoce, Turquie (®Histoire de tongs — Astrid Duvillard)

Un voyage comme ça c’est aussi une grosse dose de courage.

Oui et non. Je me suis jetée à corps perdu dans le voyage. Je suis d’abord partie un an et donc ça c’est fait progressivement. Je m’entends bien avec mes proches et donc je sais que je peux avoir une chambre quand je reviens. J’ai de la chance en fait.

C’est quoi la prochaine étape ?

Ce sera l’Allemagne et des voyages plus courts, en Europe.

Quand on voit les pays que tu as visité, on en devient jaloux et on a des étoiles plein les yeux.

J’ai de la chance. J’aime l’Europe parce que les repères sont les mêmes, les cultures sont similaires, les différences sont moins grandes.

Tu maîtrise plusieurs langues ?

J’ai appris l’Anglais sur le tas et après j’ai des bases d’Espagnol et d’Allemand et cette année je me suis mise au russe. Tous les pays d’Asie Centrale parlent Russe et si mon russe est mauvais on se comprend et ça brise la glace, on peut au moins échanger. Ça permet d’avoir des belles surprises.

Tu planifies les endroits où tu vas ?

L’an dernier oui car avec un ami on voulait suivre la route de la soie et on a relié les points entre eux. Y a eu des années où c’était au feeling, ça dépend des projets.

Histoire de Tongs nous raconte son tour du monde 7

Lake District, Angleterre (®Histoire de tongs — Astrid Duvillard)

Et comment tu fais pour les visas alors ?

Pour les visas, on fait ça en cours de route. Par exemple pour la Chine j’ai fait mon Visa en Thaïlande.

Du coup t’es incollable en Géo maintenant ?

Pas incollable mais j’ai des bonnes bases (rires).

C’est incroyable de se dire que c’est faisable. Que tu peux vivre ton rêve, que si on veut on peut enlever les barrières que nous nous mettons.

Y a deux choses. Quand tu es né en France dans une famille ni riche ni pauvre, n’importe quel rêve est à portée de main. Il suffit de bosser. Ou presque…Les deux ans de préparation, j’ai mis 100% de mon salaire de côté alors que j’avais un loyer. J’ai revendu toutes mes affaires, et je vivais avec les trucs que je vendais. J’ai fait de l’intérim, des inventaires de nuit, des brocantes. J’étais concentrée sur mon objectif et c’est à la portée du plus grand nombre. L’autre chose c’est que si on s’est bougé pour y arriver, on a surtout de la chance d’être né en France. Je suis pas née avec un passeport Zambien ou Zimbabwéen. Eux pour un passeport c’est un an de salaire… On a vraiment de la chance. On rencontre des gens qui ne sont pas libres, des filles mariées de force. On a beaucoup plus de cartes en main qu’eux. On a quand même une chance.

Ton meilleur souvenir ?

C’est difficile à dire. Cette année je suis partie avec mon meilleur pote, José et si je devais donner un souvenir général ce serait être en sa compagnie. C’est un gars super sur qui je peux compter.

Et le pire ?

Ce qui est gênant c’est stigmatisant pour le pays que je pourrais citer. Y en a eu, mais… Evidemment quand tu es toute seule, c’est les formes d’harcèlement sexuel, les mains baladeuses, voilà quoi.

Si quelqu’un te dit, je dois commencer par quoi ?

On a tous des avis différents. Par exemple si je prends José, il te dirai fonce, tu régleras les problèmes en cours de route. Moi je suis l’inverse je dois penser à tout, tout noter. Il faut que chacun trouve sa route.

Il te reste quoi comme rêve, comme pays que tu as envie de visiter ?

La Russie.
Je l’imagine comme un pays où la vie est dure mais avec des gens sympas.

Histoire de Tongs nous raconte son tour du monde 8

Cote Croate (®Histoire de tongs — Astrid Duvillard)

Tu oses mettre les pieds dans des pays « interdits » ou dangereux ?

Non. Je dois faire attention et je ne veux pas inquiéter mes proches. Ce ne serait pas correct. Après faut faire gaffe à ce que les gens racontent. Le mieux c’est écouter les habitants. Ils préviennent qu’il ne faut pas aller à tel ou tel endroit. Et puis des pays interdits y en a peu en fait…

Tu as déjà pensé au moment où tu arrêteras de voyager ?

Je pense qu’à moyen terme je me poserai quelque part pour louer un truc pas cher, écrire, être au calme, vers la mer. En Grèce pourquoi pas.

On a l’impression que tu as vécu 15 vies.

Non, non. Au départ tu as 15, 20 rêves, pays où tu veux absolument aller. Et dès que tu en fait un, tu en as vingt nouveaux qui arrivent. Y a des gens qui te disent, faut que tu y ailles là bas c’est génial. On ne pourra jamais tout voir. Des fois on me dit que je dois être blasée. Alors que c’est tellement différent partout. Au contraire, peut être que tu apprécies la beauté encore plus parce que tu as plein de choses à comparer. Il y a tant d’endroits à voir. En France, à Orléans…

Tu t’es jamais dit que tu pourrai écrire un livre, faire des conférences ?

Cette année, j’en ai trois de prévues. Cette année sera comme un tournant. Mon blog marche bien. Je voudrai le rendre encore plus pro, plus carré. Je voudrai bien écrire un livre. Je suis pas encore prête mais je lis beaucoup, je prends des notes, et je fais des progrès. Je suis presque prête.

On espère que tu nous donneras des nouvelles et on se fera un plaisir de les relayer sur Pour Info.

Ce sera avec plaisir.

Vous pouvez retrouver Astrid sur son blog, https://www.histoiresdetongs.com/

Elle y relaie ses voyages et donnent quelques conseils. Elle y revient aussi sur le freeganisme…

La Team Batboul veut traverser l'Europe avec des Red Bull 9

La Team Batboul veut traverser l’Europe avec des Red Bull

Lucas, Adrien et Valentin, trois étudiants de STAPS à l’université d’Orléans ont pour projet de participer à une course organisée du 12 au 19 avril prochain par Red Bull. Mais pour cela, ils ont besoin de votre soutien.

La marque Red Bull est célèbre pour sa boisson énergisante mais aussi pour tout ce qu’elle organise à côté. On pense notamment aux diverses compétitions de sport extrême. Il suffit de se rendre sur leur chaîne YouTube pour se rendre compte que Red Bull n’est pas seulement une boisson. Avec plus d’un milliard de vues et 5 millions d’abonnés, leur chaîne YouTube est un vrai régal pour les passionnés de sport.

image

Red Bull, c’est quoi cette course ?

Avec la “Red Bull Can you make it” que l’on pourrait traduire par “Pourras-tu y arriver”, la célèbre marque veut vous faire traverser l’Europe avec pour seul moyen de paiement des canettes de Red Bull.

La « RedBull can you make it » c’est 165 équipes composées que d’étudiants issus de plus de 50 pays à travers le monde, qui ont 7 jours pour traverser l’Europe. Histoire d’ajouter un peu de piment, personne ne connait encore le lieu de départ ni le lieu d’arriver de la course.

En France il y a une première phase de qualification où se sont les 40 équipes qui auront récolté le plus de “j’aime” sur leur vidéo qui seront retenues. Et ensuite Red Bull ne retiendra que 10 équipes.

La Team Batboul se présente

Cette bande de potes qui se connait depuis les années lycées se retrouvent aujourd’hui ensemble au STAPS d’Orléans et a un rêve ultime, participer à cette course pour représenter le mieux possible l’université d’Orléans. On a donc décidé d’essayer de les aider en votant pour eux et maintenant c’est à votre tour de jouer, vous avez jusqu’au 25 février à 17h 😉

[g1_button link= »https://www.redbullcanyoumakeit.com/fr-fr/applications/6504/ » linking= »default » size= »m » type= »wide » style= »solid » text_color= »#ffffff » background_color= »#1e73be »]Soutenez-les en votant pour eux ![/g1_button]

Orléans, une ville, un visage: Marie la créatrice de lingerie 10

Orléans, une ville, un visage: Marie la créatrice de lingerie

C’est par une fraîche soirée que j’ai rencontré la créatrice de lingerie Mary Mystery Couture. Marie m’a accueilli avec un bon thé chaud et un matou qui a lui aussi tenu à participer à l’interview 🙂

Zoom sur la jeune entrepreneuse.

_20151208_093844

Qui es Mary Mystery Couture?

Je m’appelle Marie, 27 ans et née à Orléans. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé la mode: petite j’habillais mes poupées, puis j’ai commencé à apprendre à faire de la customisation pour enfin créer mes propres vêtements. Je suis complètement autodidacte et j’ai appris à coudre en observant les vêtements.

J’ai eu l’occasion de présenter mes créations à travers deux défilés durant mes années de lycée, et après le Bac, je me suis lancée dans une Prépa Arts Appliqués. Grace au book que je m’étais constitué, j’ai pu aller à Paris, dans une école privée. Ma première année ne m’a pas trop plu car l’école n’était pas seulement orientée mode, mais aussi design. Ne voulant me concentrer que sur la mode, je suis entrée à l’école FormaMode où je suis restée 5 ans. C’est là-bas que j’ai pu m’orienter vers la lingerie, grace à un contrat pro.

J’ai toujours été attirée par la lingerie. A la base, j’ai une passion pour les styles Belle Époque et Gothique; puis j’ai découvert le monde des pin up.

_20151208_093924

Comment es-tu devenu créatrice?

C’est durant mes études que j’ai su que ce métier serait le mien. Pendant mon contrat en alternance, j’ai travaillé dans un magasin de costumes de théâtre et cet univers me plaisait beaucoup. Je ne voulais pas travailler pour une maison de couture, mais être indépendante et présenter mes propres créations.

J’ai développé mon entreprise avec la Couveuse de la Source qui aide les entrepreneurs dans leur activité. Autour de moi, les autres  donnaient tous des cours dans leur domaine; c’est comme cela que j’ai commencé à donner des cours de couture.

Quelles sont tes influences?

J’aime beaucoup les univers de Jean-Paul Gaultier, Mylène Farmer. Pour la lingerie, j’apprécie le travail de Chantal Thomass et suis admirative des looks de Dita Von Teese.

jpg grand palais mylene farmer enjpg

Afficher l'image d'origine

Comment naissent tes créations?

Je peux être attirée par un détail dans la rue ou être inspirée par un tissu vu et touché en magasin, et l’idée mûrit ensuite. C’est compliqué à expliquer, mais en voyant le tissu, j’arrive à voir la forme que je veux lui donner. Certains créateurs aiment dessiner des croquis, je préfère faire ce que l’on appelle la technique du moulage, c’est à dire mettre le tissu directement sur le Stockman. Je reviens parfois à la méthode traditionnelle, en dessinant, puis en faisant le patron.

Quels sont tes projets pour l’avenir?

Pour le moment, je développe mon entreprise en diversifiant mes activités (cours de couture, défilés, séance photo). A l’avenir, j’aimerai créer des petites séries de vêtements à vendre dans des boutiques de dépôt-vente (pour le moment, les créations de Marie sont vendues sur Internet).  Un défilé  en rapport avec des événements me plairait également.

Enfin, j’aimerai amener le coté burlesque, bien connu à Paris, par le biais de cabarets, de spectacles, en collaboration avec des salles orléanaises.

Infos pratiques

Mary Mystery Couture sera présente à la boutique éphémère 11m², au 6 rue Isabelle Romée, du 22 au 28 février: n’hésitez pas à aller la rencontrer 🙂

Vous pouvez retrouver Mary Mystery Couture sur Facebook et A Little Market, en plus de son site officiel.

Je tiens à remercier Marie pour sa grande patience et lui souhaite de continuer sur cette superbe voie créative 🙂

Le Père Noël est motard et se balade dans Orléans 11

Le Père Noël est motard et se balade dans Orléans

Vous l’avez peut-être croisé ces derniers jours dans Orléans. Hubert surnommé Bibix s’est promené avec sa moto pour aller à la rencontre de tous et plus spécialement de ceux qui aident les autres au quotidien.

Là où l’histoire devient pour le moins insolite et encore plus intéressante, c’est que Bibix était habillé pour l’occasion en Père Noël et qu’il est allé à leur rencontre dans un but bien précis, leur offrir spontanément des cadeaux et remonter le moral des gens.

Hubert s’est inspiré de la conjoncture un peu morose pour essayer d’apporter une réponse positive à sa façon. On dit souvent qu’un sourire ça ne coûte pas grand chose et que ça peut rapporter gros. Bibix a voulu provoquer le maximum de sourires, et vous allez pouvoir voir au travers de la vidéo qu’il remplit pleinement sa mission !

Bon visionnage et surtout gardez le sourire car c’est contagieux !

[g1_quote author_name= »bibix » author_image= »https://piao.fr/wp-content/uploads/2015/12/bibix.jpg » hide_author_image= »none » author_description_format= »%link% » align= »center » size= »l » style= »solid » template= »01″]Souriez à la vie et la vie sera toujours plus belle ![/g1_quote]

Orléans, une ville, un visage: Maud l'HypnoCoach 12

Orléans, une ville, un visage: Maud l’HypnoCoach

Il y a quelques temps, je découvrais le monde de l’hypnose de spectacle. Mais étant curieuse, j’ai voulu en savoir plus sur l’hypnose thérapeutique. Le rendez-vous était donc pris dans un salon de thé à l’ambiance apaisé, pour rencontrer Maud, HypnoCoach.

 

maud hypnocoach

 

Maud, peux-tu te présenter?

Je suis hypnothérapeute et coach: c’est à dire que je combine l’hypnose avec un travail conscient avec les personnes: c’est une approche plus profonde et plus aboutie que l’hypnose seule. J’exerce mon activité au sein de l’association ERBE (Equilibre Ressourcement et Bien-Être), spécialisée dans l’accompagnement de toute personne qui souhaite améliorer son bien-être, à travers différentes techniques et pratiques.

Quel est ton parcours?

Je viens du milieu des Ressources humaines, et suite à une reconversion professionnelle, je me suis orientée vers l’hypnose et le coaching.  Après avoir passé des certifications, j’ai été reconnue en tant que maître praticienne en hypnose et praticienne en thérapie ACT (ACceptation et Engagement).

L’hypnose s’est imposée à moi: en effet, je n’avais pas du tout de notions, mais les hasards de la vie ont provoqué des rencontres avec des personnes qui côtoyaient le monde de l’hypnose de spectacle (Le Labyrinthe de Mobius NDLR). Je trouvais l’approche intéressante et ayant été curieuse, je me suis initiée lors d’un atelier. A la suite de cela, j’ai co-fondé le Club d’Hypnose d’Orléans, principalement orienté vers l’hypnose de spectacle. J’ai par la suite quitté le club pour pouvoir me consacrer à l’hypnocoaching qui me correspondait mieux car j’étais plus attirée par le coté thérapie.

Comment se déroule une journée d’hypnocoach?

Chez moi, les journées se suivent mais ne se ressemblent pas! Une partie de ma journée est dédiée aux personnes venant me voir, pour des rendez-vous d’environ 1h à 1h30: c’est une thérapie brève et je suis pas du tout axée sur l’analyse mais plutôt sur l’accompagnement pour orienter la personne vers son objectif qui peut être très variable d’une personne à une autre (arrêt du tabac, gestion de l’image corporelle…). Je m’occupe également de toute la communication qui permet de me faire connaitre et de faire connaitre mon métier, ainsi que des ateliers d’initiation à l’auto-hypnose, ateliers gestion de la douleur (individuels ou collectifs) et les activités complémentaires proposées par ERBE. (individuels ou collectifs).

Quels sont tes projets pour l’avenir?

Je souhaite développer mes ateliers d’auto-hypnose et gestion de la douleur, qu’elle soit physique ou psychique. Ces ateliers ont déjà débutés avec l’association PILAFORM (pilates, stretching et spécial dos), et je souhaite les mettre en place  selon les demandes. Par ailleurs, je serais peut-être amenée à travailler avec des entreprises, car la notion de bien-être au travail commence à faire son chemin.

J’ai également pour but de changer la vision  de l’hypnose dans l’esprit des gens, qui l’associe souvent au spectacle; alors que l’hypnose ce n’est pas que ça! C’est un très bon outil pour qui a les bases pour s’en servir à bon escient.

Je vais aussi bientôt animer une conférence « Rendez-vous avec votre inconscient » (avec l’association ERBE), le 17 novembre à 20h à la Maison des Associations d’Orléans.

 

conférence hypnose

 

Si vous êtes curieux ou pour toute information, retrouvez Maud  sur son site Internet.

Un grand merci à Maud pour avoir pris le temps de répondre à mes questions et à Autour de la Terre pour nous avoir accueillies.

Un Bout de Zinc au grand cœur ! 13

Un Bout de Zinc au grand cœur !

Il y’a certains artistes dont on aime particulièrement faire la promotion et Pascal Nottin alias Bout de Zinc est l’un d’entre eux ! Un artiste qui met souvent son art au service de la bonne cause.

C’est d’ailleurs l’objet de ce nouvel article concernant sa donation à l’Association cœur Rose !

11813391_515357451953431_7372357399826753294_n

Vous vous souvenez peut être de notre dernier article concernant sa donation à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière en compagnie de notre Miss Orléanais Solène Salmagne.

Petit rappel avec un lien vers l’article 

Solene

Bout de Zinc qui es-tu ? 
bout
Originaire d’Orléans, Pascal Nottin connaît et aime le zinc depuis le début de ses activités d’artisan d’art au service des monuments historiques.
Peu à peu, ayant parfaitement maîtrisé toutes les propriétés de ce matériau, Pascal Nottin a voulu lui apporter sa vision du monde et celle de la nature qui nous entoure.
Très sensibilisé par les questions de respect de l’environnement, tout autant que par l’alchimie des rapports humains et la progression des consciences, Pascal Nottin crée des œuvres qui impressionnent, qui nous parlent de qui nous sommes et de notre place dans l’univers.

Découvrir Son site Internet : Bout de Zinc


Bout de Zinc, un artiste qui a du cœur ! 

_MG_7995A

Le Samedi 05 Septembre prochain aura lieu un gala de charité organisé par l’Association cœur rose pour la lutte contre le cancer du col l’utérus.

BANNIERE-ANNUELLE(réutilisable)

Plus d’informations sur le gala de charité en vous rendant sur ce lien

L’art est un don de soi mais pour certains artistes ce don dépasse les frontières de l’art. C’est le cas de notre artiste Orléanais « Bout de Zinc » qui a fait un don de 1 500€ à l’association cœur rose. Cette somme correspond à la valeur d’une oeuvre vendue à une Dame Belge.

unnamed

Mardi dernier à l’occasion du tournage d’un clip vidéo pour le gala de charité au salon Eight, nous avons fait la rencontre de la créatrice de l’association cœur rose Emilie Dias.

eight 2Voici l’oeuvre en question, son sculpteur et Emilie Dias la présidente de l’Association cœur rose.

IMG_7996A

Une envie ? Un coup de coeur pour une des créations de Bout de Zinc ? N’hésitez pas à le joindre et il tentera de vous offrir satisfaction. Sachez le rien ne lui fait peur !

Bout de Zinc Bout de Zinc 

Son mail :boutdezinc@gmail.com

@BeInAlex

Entretien avec Milo, 13 ans hypnotiseur et magicien ! 14

Entretien avec Milo, 13 ans hypnotiseur et magicien !

Quand nous avons lu qu’un jeune adolescent de 13 ans hypnotisait à Orléans, nous avons eu du mal à le croire. Être si jeune et déjà maîtriser une technique si impressionnante… Nous avons pu en savoir un peu plus sur Milo. Juste un petit regret .. nous n’avons pas pu savoir s’il arrivait à hypnotiser ses parents et ses professeurs :p

Milo l’INTERVIEW

Bonjour Milo,
alors, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Milo, j’ai 13 ans, j’habite à Orléans et je suis en 4ème au Collège Jeanne d’Arc. Je pratique l’hypnose et la magie.

Depuis quand ?
Pour la magie, cela fait un an. J’ai commencé à apprendre sur Internet et petit à petit j’ai suivi les cours à l’Association Enigmagique. J’ai découvert ensuite l’hypnose à la télévision et  j’ai alors suivi une formation à l’Hypnose de spectacle au Club d’Hypnose d’Orléans.

Qu’est-ce que cela fait que l’Hypnotiseur le plus connu d’Orléans te propose de faire un spectacle avec lui ?
Je suis vraiment content. Il compte sur moi donc c’est qu’il a confiance en moi et qu’il sait que je peux réussir. Il connaît mes compétences. En même temps c’est lui qui m’a formé.

150 spectateurs pour un premier spectacle, ça doit être impressionnant ?
Les deux premières minutes oui, c’est sûr mais ensuite cela passe tout seul.

Et la suite ?
Nous sommes en train d’écrire un spectacle de magie avec Enigmagique pour se produire à Orléans. Déjà on sera à R2fête le 6 juin à Fleury sur la scène Jeunes Talents. On va aussi faire du close-up, de la magie où l’on est juste à côté du spectateur et ce en Street Magie c’est-à-dire dans la rue.

Pour l’Hypnose, on va dans plusieurs festivals : les Ingrédients à Ingré ou encore le Jonglibre à Bou. On sera aussi dans la rue et je serai peut-être en invité les 3 et 4 juillet à la Maison des Arts et de la Musique lors du spectacle de Mobius et Méliès.

En vidéo

Lors du Festival Parcours et Jardins, Milo endort 7 personnes à la suite.

 

Une partie du spectacle avec Möbius

Un extrait plus large de ce spectacle avec cette fois-ci Möbius.

 

Reynald Pedros se confie sur son nouveau poste au sein de l'US Orléans Loiret Football 19

Reynald Pedros se confie sur son nouveau poste au sein de l’US Orléans Loiret Football

L’ancien international, Reynald Pedros originaire de Beaugency, intègre officiellement l’organigramme de l’US Orléans Loiret Football pour la saison prochaine.

La rumeur est sortie en début de semaine dernière et n’a fait que prendre du poids depuis. Le président a depuis confirmé lui-même l’arrivée de Reynald Pedros au sein de l’équipe pour la saison avenir. Nous avons eu la chance d’avoir la première réaction de Reynald suite à cette nomination. Il a accepté de répondre à quelques questions. Il y évoque le passé, le présent mais aussi l’avenir et son rôle qu’il occupera à l’USO.

– L’INTERVIEW –

Bonjour Reynald et merci de répondre à nos questions.
Vous avez fait vos premiers pas footballistique, dans le Loiret, racontez-nous vos débuts.
J’ai démarré à Beaugency jusqu’en pupille et à l’âge de 14 ans, je suis parti au centre de formation de Nantes.
Quels souvenirs gardez-vous de votre carrière ?
Des bons souvenirs surtout l’année où l’on a été Champion de France en 1994 – 1995 avec Nantes.
Reynald Pedros se confie sur son nouveau poste au sein de l'US Orléans Loiret Football 20
Quel est le meilleur joueur que vous avez côtoyé dans votre carrière ?
Les meilleurs joueurs, je dirai que c’est à l’époque de Nantes avec Patrice Loko, Japhet N’Doram, Nicolas Ouedec, Claude Makelele parce que c’est plus un collectif qui s’exprimait que des individualités.
ouvrez-les-guillemetsENTRAINEUR
Vous avez eu de nombreux entraîneurs dans votre carrière, quel est celui qui vous a le plus marqué ?
Jean-Claude Suaudeau pour sa façon de penser le football.
coco jean-claude suaudeau reynald pedros
Après votre carrière de footballeur, vous êtes devenus entraîneur à Saint Jean de la Ruelle puis à Saint-Pryvé Saint-Hilaire Football Club. Quel bilan faites-vous de ces premières expériences ?
Toujours un bilan positif, cela m’a appris le métier d’entraîneur avec ses hauts et ses bas.
Envisagez-vous un retour un jour sur un banc en tant qu’entraîneur ?
Pour le moment ce n’est vraiment pas d’actualités parce que je suis très content de ce que je fais aujourd’hui à Canal.
Vous êtes consultant pour Infosport et Canal+, quel plaisir prenez-vous avec ce nouvel exercice professionnel ?
Le plaisir de parler de football, de jeu, même si c’est un exercice différent de quand j’étais joueur. Vu que je ne peux plus jouer aujourd’hui, je pense que c’est le meilleur compromis.
ouvrez-les-guillemetsL’US ORLÉANS LOIRET FOOTBALL
Quel regard portez-vous sur l’USO, qui descend en national ?
Une deuxième partie de saison très compliquée, une descente je dirai inattendue mais le football n’est jamais une science exacte donc si l’on est descendu c’est qu’on le méritait.
stade orleans la source uso
Vous êtes pressenti pour un poste de dirigeant à l’USO l’année prochaine, quel sera votre rôle exactement ?
Je serai conseiller des Présidents. Je vais travailler avec le directeur sportif (Julien Cordonnier) et l’entraîneur (Olivier Frapolli) pour recruter les joueurs, essayer aussi de donner mon avis sur des choses à mettre en place dans le club, à être présent auprès des Sponsors, à apporter un regard extérieur et neuf à l’entraîneur.
Allez-vous travailler sur le recrutement de la saison prochaine ? Avez-vous déjà quelques pistes ?
Oui, nous travaillons actuellement sur le recrutement. Pour les pistes concrètes, il est trop tôt encore, nous mettons en place notre stratégie.
Espérez-vous encore, comme beaucoup d’orléanais, un repêchage en ligue 2 ?
Même si on se focalise sur la saison en nationale, on a toujours un petit espoir au fond de nous d’être repêché.

Merci Reynald de nous avoir consacré un peu de votre temps afin de répondre à nos questions. Nous vous souhaitons plein de réussite dans ce nouvel exercice.


reynald pedros photo profil

Reynald Pedros
né le à Orléans.
PALMARÈS
■ Champion de France en 1995 (FC Nantes)
■ Équipe de France : 25 sélections, 4 buts
■ Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994
■ Meilleur passeur du championnat de France de division 1 en 1993/94 et en 1994/95


Lentiss dégaine "Sur La Route", son premier EP 21

Lentiss dégaine « Sur La Route », son premier EP

Il y a un rappeur à Orléans qui fait parler de plus en plus de lui ces derniers temps. LENTISS n’en est pas à son premier coup d’essais mais le lundi 08 juin prochain sera une grande date pour lui avec la sortie dans les bacs de son premier mini-album de 10 titres, « Sur La Route ».

Depuis 2013, Lentiss fait équipe avec DJ MYST, DJ officiel de Youssoupha, travaillant aussi sur la radio rap de référence Génération FM et le site internet Booska-P. Cette connexion lui a permis de graviter autour de Bomayé Musik (Youssoupha, Taipan). Il a d’ailleurs été cité par Youssoupha sur son dernier album dans la titre « Chanson Française » un petit détail qui fait forcément plaisir et pose un peu l’ascencion de Lentiss, qui se fait petit à petit un nom dans le paysage du rap français.

LENTISS « Je te vois » Clip Officiel

L’orléanais a développé un style très egotrip rentre dedans. Pas question de tourner autour du pot, Lentiss est plutôt adepte de la punchline avec un style énergique qui ne devrait pas vous laisser de marbre. J’ai donc voulu lui poser quelques questions pour en savoir plus sur Lui, sa Musique et Orléans.

L’ Interview

Salut Lentiss,
Peux-tu te présenter brièvement ?
Lentiss dégaine "Sur La Route", son premier EP 22
Salut, ben écoute j’ai 25 ans et j’ai toujours vécu entre Orléans et les Antilles (Guadeloupe), j’ai été scolarisé à l’école Jean Mermoz, au collège Jean Pelletier, au lycée Benjamin Franklin puis à la Fac de lettre d’Orléans. Actuellement j’habite Orléans et c’est pas prêt de changer, j’aime ma ville.

Dis-moi … la première fois que ta main a touché un micro c’était quand ?
Tu vas rire mais ça date d’il y a déjà 9 ans, j’étais en cours avec un certain Kutson (beatmaker de Sadek, Passi…) , et le gars voyait en moi un potentiel lyriciste, du coup il m’a « forcé » à commencer l’écriture. J’ai pas tout de suite accroché et je dirais même que mes premiers morceaux étaient d’une rare médiocrité, mais bon avec le temps on s’améliore.

J’ai cru comprendre que tu faisais parti d’un collectif, le Red Boom Squad, est-ce que tu peux présenter ?
Exact, j’en suis le co-leader actuellement, avec mon ami d’enfance Bigjim Again, et nos gars s’appellent : Waick, Tiky Ow’, Rdmx, Young Daddy et Kartoon. Actuellement ils préparent tous un EP gratuit et je peux te dire que ça va envoyer du lourd !

Lentiss dégaine "Sur La Route", son premier EP 23

Où as-tu enregistré cet album et comment juges-tu Orléans niveau studio ?
Il a été intégralement enregistré sur Orléans entre les studios pro et semi-pro des personnes que je connaissais déjà avant de fréquenter l’équipe Bomaye. Bien sûr mes morceaux ont été masterisés sur Paris et validés par Lassana, Dj Myst et Philo (Bomaye). Pour moi les studios Orléanais n’ont rien à envié à ceux de la capitale, d’ailleurs mon second EP sera lui aussi intégralement enregistré à domicile : On est très chauvins dans mon équipe.

Est-ce que tu es plus scène ou studio ?
Clairement tu me trouveras plus souriant sur scène, il n’y a pas photo ! J’adore le studio et son ambiance, surtout quand tu y arrives en équipe mais la scène… Ah la scène ! C’est presque aussi bon que de faire l’amour tu sais.

Combien de temps t’as pris la réalisation de ton EP ?
Avec Dj Myst,  On a commencé à maquetter fin 2013, on en avait une trentaine à la fin (voir plus), il y a même un morceau qui avait été soumis à validation de Youssoupha, puis fin 2014 on a fini par sélectionner les 10 qui feraient l’affaire. Donc en gros on y a passé 1 an et des poussières.

As-tu une référence dans le milieu de la musique ?
Oh que oui et elle s’appele J.Cole mon ami ! Sinon au niveau de la scène française, je pense qu’il serait temps que Youss’ me propose une petite collaboration (lol).

Quel artiste tu rêverais d’avoir en featuring ?
A part Youssoupha, je te cache pas qu’un morceau avec Brav’ ou Nemir ferait de moi un homme comblé (lol).

Le Festival Hip-Hop d’Orléans

Tu as du suivre le feuilleton sur le Festival Hip-Hop à Orléans avec l’annulation des concerts de Lino et Alonzo, est-ce que tu comprends la position de la ville ?
J’ai suivi l’affaire de prêt, tout ce que je peux t’en dire c’est que si la ville n’avait vraiment pas déjà donné son aval alors elle était en droit de refuser leur venu. Par contre s’il s’agit vraiment d’une annulation en rapport avec la nature de leurs textes alors je suis obligé de rappeler aux organisateurs que ceci n’a pas lieu d’être au pays des droits de l’homme. Mais bon tu sais, dans ce genre d’affaire, on ne sait jamais ce qui s’est vraiment passé entre les deux parties.

Et si on te donne le plein pouvoir et un chèque en blanc tu fais venir qui à ce Festival ?
On part du principe qu’il ne faut que 2 artistes, du coup je serai bien tenté d’inviter Nekfeu et Black Kent.

Lentiss et Orléans

Si tu devais quitter Orléans, qu’est-ce qui te manquerais le plus ?
Mec, les crêpes de La Fabrique, les platines de Kid Lokizys, les conseils de son manager Luka, mon équipe, mes sœurs, mes potes, les vendeuses de place d’arc … Ca en fait des raisons de rester hein ?! (lol)

Si tu devais changer un truc à Orléans, ce serait quoi ?
Honnêtement je changerais bien l’heure de fermeture des commerces à place d’arc ! Mais je me dis que les commerciaux doivent forcément rentrer chez eux à un moment donc bon…

Quel est ton endroit préféré pour te poser à Orléans ?
Auparavant je t’aurais répondu « le parc pasteur », mais à l’heure d’aujourd’hui mon endroit préféré c’est chez ma meilleure amie Solène : beaucoup de textes sont née là-bas tu peux me croire.

Ton rappeur préféré est de passage à Orléans et il te demande un endroit sympa pour manger après son concert, tu l’amènes où (on va faire comme-ci le restaurants servent jusqu’à minuit :p) ?
Sans trop insister avec eux, je l’emmène direct à la Fabrique, je veux pas le décevoir le mec !

Le mot de la fin ?
A tous les orléanais qui se plaignent sans arrêt des limites de notre ville : Orléans c’est vous, faites les choses et faites les bien au lieu de vous résigner, demain c’est nous et personne d’autre.

Lentiss ep sur la route

Pour pré commander « SUR LA ROUTE »

Vous pouvez dés à présent commander votre exemplaire de son 10 titres, « Sur La Route » qui sortira le Lundi 08 Juin prochain.

Tracklist

  1. Il faut que
  2. 4 life (feat. Alivor & Sams)
  3. A la base (feat. Driver)
  4. Laisse moi faire
  5. Je me pose
  6. Ptdnuk
  7. Sirius black (feat. Misa)
  8. Jmc
  9. Je te vois
  10. Laisse moi faire part.2 (feat. A2H & Zekwe Ramos)

Suivez Lentiss

facebook icon Lentiss PageMusique
instagram icon lentiss971
snapchat icon lentissrbs
twitter icon @LentissRBS

Item added to cart.
0 items - 0,00